Banff National Park

J’ai beau être matinale, j’ai mal. Ce matin, le bout de mon nez m’indique clairement que la température extérieure est de loin la plus froide que j’ai connue à ce jour (depuis que je dors dans Flipper, cela s’entend). Même enroulée dans 2 couvertures polaires et 2 couettes, j’ai presqu’eu froid. D’ailleurs rien que de replier tout ça, j’ai les doigts gelés. Et quand j’ouvre les rideaux, je m’aperçois qu’il n’y a pas que mes doigts qui sont gelés. Le pare-brise aussi.

IMG_2616

Mais c’est quand même pas ça qui va m’arrêter (et puis, hé, j’ai déjà dormi en tente par -4°C et j’ai survécu… si, si) alors je me précipite à la douche. Clairement, ces derniers temps, je prends de mauvaises habitudes : douche brûlante tous les matins, va falloir mettre le holà. En attendant, je profite… Du coup, je fume en revenant vers Flipper. Pas bien longtemps, cela étant dit.  Et puis j’ai commis l’erreur bête, je suis revenue en tongs. Mes orteils mettront près de 12 heures à s’en remettre…

Mais peu importe, aujourd’hui le ciel est bleu et y a plein de jolis lacs qui se cachent entre les glaciers. Ah bah oui, ici aussi, ça glace de partout. Faut dire que vu la température qu’il fait…

Je commence donc par le Moraine Lake. Après quelques kilomètres dans la forêt, tout à coup, je déboule sur un grand parking et tout au bout du parking… le lac. D’un bleu qui pique les yeux et entouré par des montagnes aux sommets enneigés… une vraie carte postale !

IMG_2622

Sauf que Madame la Ranger me l’a bien expliqué, ici, faut pas se balader tout seul. C’est par groupes de 4 personnes minimum ! C’est que les grizzlis aiment bien le coin eux aussi et comme il semblerait qu’ils n’hibernent pas encore… Bon, y a moyen de se poster au début du sentier et de se joindre à des groupes de marcheurs si on veut mais en ce qui me concerne, je me contenterai de faire le tour du lac (qu’est pas très long, ultra facile et que t’as le droit de faire tout seul).

Après cette petite introduction, je passe aux choses sérieuses : le fameux Lake Louise. Le ultra populaire Lake Louise. Que tout le monde te dit que y a rien de plus merveilleux au monde. Rebelote, je traverse la forêt, j’arrive sur un parking encore plus grand et au bout du parking… le lac. Alors c’est vrai, c’est très très beau. Le lac bleu-vert, les pentes couvertes de sapins, le glacier dans le fond… c’est sûr, Dame Nature n’y est pas allée avec le dos de la cuillière ! Mais j’ai pas pu m’empêcher de trouver ça vraiment dommage qu’une espèce d’énorme hôtel genre château Disneyland soit construit juste sur la rive. Bon, cette fois, y a droit de se balader où on veut comme on veut (c’est juste à 10kms de l’autre lac, j’vois pas bien pourquoi les grizzlis traîneraient pas dans le coin mais après tout, c’est peut-être comme le nuage de Tchernobyl : ça ne passe pas la frontière…). Du coup, j’en profite pour grimper un peu et prendre un peu de hauteur. Mais rien n’y fait : l’hôtel gâche franchement le panorama.

IMG_2636

Et pour finir la journée en beauté, je décide d’aller admirer les chutes de Takkakaw, dans le parc Yoho voisin. Soyons honnêtes, ce qui m’attire c’est bien sûr, les chutes mais surtout la route pour y aller. Il paraîtrait que c’est pas pour conducteurs nerveux et que les caravanes sont interdites parce que les épingles à cheveux sont pas à piquer des hannetons.

Bon, là, c’est la déception totale. Sur 14kms de route, y a que 3 épingles à cheveux et une seule qui nécessite que je fasse une marche arrière avec une roue à moitié au-dessus du vide pour passer. Le reste, c’est du gâteau. Même Flipper est déçu, je le sens bien.

Et puis les chutes…

IMG_2639

Oui. Bon. Elles sont très hautes, certes. Mais ça reste un petit filet d’eau qui dégouline le long de la falaise…

Le lendemain, après une nouvelle nuit frigorifique vivifiante, je décide d’aller jusqu’au village de Banff. Banff, ça ressemble furieusement à une station de ski : 4 rues principales, 50 hôtels et 200 boutiques de souvenirs. Mais c’est mignon. En fait, au départ, je n’avais pas prévu d’y passer. Les principales attractions du parc se situent plutôt à Lake Louise et la suite de la route ne passait pas par là. Sauf que. Comme on le sait, il en va dans la vraie vie autrement que dans les plans. Ces crétins du gouvernement américain n’arrivent pas à se mettre d’accord sur le fait que bon-bah-oui-va-falloir-remonter-le-plafond-de-la-dette-parce-que-comme-tous-les-pays-du-monde-on-dépense-bien-plus-que-ce-qu’on-gagne et c’est le shutdown. De là où vous êtes, le shutdown, on en a parlé aux infos mais franchement, ça vous a pas franchement perturbé. De là où je suis… bah franchement, on m’aurait pas averti, j’aurais rien vu. Je me serais donc pointé la bouche en cœur aux portes du Glacier National Park et j’aurais pas eu l’air finaude…

Comme j’arrive pas à croire qu’ils puissent me faire ça à moi (non mais c’est vrai quoi, combien de fois dans ma vie je décide de traverser le continent ? Fallait vraiment qu’ils fassent ça maintenant ?), je me dis que je vais patienter quelques jours dans le coin, que tout ça va bien se débloquer et qu’il est pas né celui qui va m’empêcher d’aller à Yellowstone ! Parce que le grand moment de ma semaine, c’était ça : Yellowstone… LE parc national américain par excellence. Avec des ours, des bisons, des marmottes, des geysers, des lacs multicolores, des sources thermales, des montagnes, bref, la totale ! Je vous fais pas un dessin, je ne suis pas allée à Yellowstone

Mais reprenons. Je me retrouve donc à Banff et en plus, il fait gris. Pour passer mes nerfs et sur les bons conseils d’un Monsieur Ranger, je pars donc de grimper le Mount Sulphur. Je pourrais faire ma feignasse et grimper en téléphérique. Ça me prendrait 10 minutes. Mais j’ai décidé d’y aller à pieds et ça va donc me prendre presque 2 heures… Des petits lacets bien raides dans la montagne et ces grosses feignasses en téléphérique qui passent juste au-dessus de ta tête… On peut pas dire qu’il fasse vraiment chaud mais la montée se fait bien en t-shirt !

IMG_2655

Evidemment, quand j’arrive au sommet, la vue est moins impressionnante qu’elle ne devrait : les nuages gris foncé sont bien bas et le vent t’oblige à remettre vite fait tes 3 pulls.

IMG_2646

Après être redescendue, je file me réchauffer au McDo. Bah oui, y a le wifi, des prises électriques aux murs (faut bien chercher mais y en a) et personne te dit rien si tu restes 2 heures en buvant juste un coca.

Je finis par rejoindre le camping à la nuit tombée. En chemin, je me rends compte qu’il serait carrément possible de passer la nuit le long d’un trottoir. Mais ce soir, j’ai vraiment besoin d’une douche alors…

Le lendemain, dans l’espoir que les Américains réouvrent les parcs, je décide de prolonger mon séjour à Banff. De bon matin, je grimpe au sommet du Mount Tunnel. Un point de vue un peu différent de la veille mais les nuages sont toujours là.

IMG_2668

Dans l’après-midi, je vais jusqu’au Johnston Canyon. C’est un petit canyon creusé par une jolie rivière qui serpente dans la forêt. Et apparemment, je suis pas la seule à avoir décidé de me promener par là ! Il faut dire qu’ici, plus aucune consigne concernant les ours ! Vas-y , promène toi tout seul dans la forêt, ça craint rien ! Mouais… je reste perplexe quand même…

IMG_2687

Cette nuit, je reprends mes vieilles habitudes et je gare Flipper le long d’un trottoir. J’entends les commentaires des gens qui passent dans la rue sur Flipper et sa plaque californienne mais personne ne semble se douter que je dors dedans.

Demain, on reprend la direction des Etats-Unis. Et puisque visiblement, personne ne semble prêt à vouloir rouvrir les portes de ces fichus parcs, bah… on va traverser tout le Midwest d’une traite jusqu’à Chicago. Mais ça, c’est l’histoire de demain.

Photos ici.

Lundi matin, l’empereur, sa femme et le p’tit princ-euh !

On est dimanche matin, je suis encore à Vancouver et j’hésite : retournais-je ou ne retournais-je pas en ville pour refaire un p’tit tour vu que ce matin, miracle, il ne pleut plus ?

Le temps de décider, je vais à la laverie. Evidemment, quand j’en ressors… la pluie est revenue. Bon, bah je commence à en avoir un peu marre de me faire tremper alors Vancouver, ce sera pour une prochaine fois ! Et en été de préférence… Vraiment dommage, y avait encore plein de trucs que je voulais voir mais là c’est franchement pas marrant.

Du coup, je range un peu Flipper, je passe le balai, je traîne au Starbucks pour charger une batterie, bref, je prends mon temps.

Et finalement, je me remets en route. C’est que pour arriver à Jasper (c’est la prochaine étape), y a un petit paquet de kilomètres à mettre au compteur. Y en a même tellement que j’ai décidé de couper la poire en deux et de m’arrêter à Kelowna. Et pourquoi Kelowna ? Parce qu’en fait, c’est pas exactement sur la route et ça la rallongerait même un peu. Et bah parce qu’à Kelowna, y a Tête de Chat ! Et que comme on s’est loupés en Nouvelle-Zélande, on va tâcher de rattraper le coup !

Les heures et les kilomètres s’enchaînent et ne se ressemblent pas tant que ça. Le paysage commence sérieusement à changer. Bon, évidemment, y a plus la mer et les collinettes deviennent progressivement des collines puis des monts et des montagnettes. Non, c’est pas encore vraiment les montagnes là. Quoi qu’il en soit, moi, j’en profite derrière le ballet des essuie-glaces qui n’arrêtent pas. Non, vraiment, une belle journée.

J’ai un peu de mal à profiter de l’arrivée sur Kelowna pourtant fort jolie. La région est spécialisée dans les vergers et entre les montagnettes, le lac et les rangées de pommiers et de cerisiers, c’est plutôt sympa. Et en plus, Tête de Chat m’attend avec un bon gros burger (de chez Fat Burger, ça ne s’invente pas !) et la journée finit bien mieux qu’elle n’a commencé. J’ai même le droit de dormir entre deux allées de cerisiers dans le verger dans lequel travaille Tête de Chat. Bon, j’ai aussi droit à un monstrueux orage en pleine nuit mais je dis rien, je serre les dents. Normalement, à partir de demain, il refait beau.

Et effectivement, quand j’émerge de mes cerises, le ciel est presque dégagé.

IMG_2416

Cela étant dit, je m’attarde pas. Aujourd’hui y a pas moins de 10 heures de route au menu. C’est que ça se mérite les Rocheuses ! Et comme en plus TomTom me fait quelques petite blagues, ça n’arrange pas les choses.

En fin de journée, alors que je touche au but (oui ! Jasper n’est plus qu’à 50kms ! youpi !), une chose se met à bouger sur le côté de la route et commence à traverser. Je freine (non, y a personne derrière, ça fait un bon moment que y a plus que moi sur la route) et je me retrouve à côté… d’un loup ! Un joli petit loup qui court le long de la route et me jette un regard de temps en temps. Je sais pas où il va mais il file ! Je le laisse retraverser dans l’autre sens et il disparaît dans les bois… Wouah ! Bah dis donc, ça commence fort !

IMG_2438

C’est finalement à la nuit tombante que j’arrive au camping. Parce que oui, fini la clandestinité ! Dans les parcs nationaux (ou régionaux, ou provinciaux, ou n’importe quel parc) les rangers veillent… T’as pas intérêt à dormir là où t’as pas le droit ! Alors pendant les quelques jours à venir, c’est camping. La gentille petite dame à l’entrée me dit de bien faire attention à pas laisser traîner de nourriture parce que y a des animaux et qu’ils viendront fouiner dans mes petites affaires. Ah bon ? Des animaux ? Quels animaux ? Ben, des ours et puis des caribous. Et en plus, c’est la saison du rut pour les caribous alors… give them space qu’elle me dit. Euh… j’ai jamais été très attirée par les caribous alors… Bon, y a pas foule au camping. Y a même vraiment pas grand-monde… Et je comprends rapidement pourquoi : dès que le soleil disparaît derrière la montagne (ah oui parce que là, c’est de la vraie montagne, avec de la neige dessus), la température frise le zéro. Autant dire que je m’emmitoufle rapido dans toutes mes couvertures et que je me roule en boule au fond de Flipper.

Le lendemain matin, je sors péniblement une main de mon amoncellement de couettes pour tirer un rideau. Mouais, certes il pleut pas mais c’est pas non plus la franche rigolade. Il me faut donc un peu de temps pour me motiver à sortir du seul endroit où il fait chaud pour aller me balader dans cette forêt remplie de bêtes terrifiantes.

Parce que y a pas que la petite dame du camping qui me fait tout un baratin sur les ours. D’abord, y a au moins un panneau tous les 300 mètres qui te met en garde (attention, t’es au pays des ours et il sont dangereux…). Et puis, y a le type du Visitor Center qui te dit que ta clochette, ça sert à rien, faut chanter à tue-tête. Et pour finir, à chaque départ de sentier, y a encore un autre panneau qui te dit que la meilleure façon de cohabiter avec les ours, c’est d’éviter les rencontres donc de faire un maximum de bruit en marchant surtout si t’es tout seul.

Bien. Bien bien bien.

Alors voilà, moi, j’ai nagé avec des requins, j’ai mangé du chat (oui, on peut se dire que c’est assez probable), j’ai survécu au crash de Ben Ier, mais marcher toute seule dans la forêt avec des ours qui se baladent autour…  c’est clairement au-delà de mes capacités. Dès que je me retrouve à plus de 500 mètres du parking, chaque branche morte se transforme en bestiole sournoisement tapie dans le sous-bois, je frôle la crise cardiaque dès qu’un piaf s’envole ou qu’un écureuil fait tomber une noisette bref, c’est pas gérable. En en plus, il se met à neiger.

Pourtant c’est beau. C’est même très beau. Y a des montagnes toutes enneigées (ah bah oui, hein, bien sûr…), des glaciers (iiiiimmenses), des rivières (d’un bleu fluo qu’on appelle bleu glacier), des canyons (très profonds) et des sapins (à n’en plus finir).

Mais entre la neige, le froid et les ours, je finis par me réfugier dans un café où là au moins, personne ne va jaillir d’entre deux donuts pour me sauter dessus.

Le lendemain, un peu de bleu perce entre 2 nuages. Ah ! Bah enfin ! C’est que j’étais à 2 doigts de rentrer en hibernation moi ! Alors après avoir puisé un peu de courage dans un scone raspberry – white chocolate, je me lance à l’assaut de la forêt. Et cette fois, je ferai pas demi-tour dès que le parking ne sera plus en vue. Non, non, non… Cette fois, je vais secouer ma clochette ET m’époumoner tout le long du chemin. Alors autant vous dire que l’empereur, sa femme et le p’tit prince sont venus chez moi un paquet de fois et pas de bol, j’étais jamais là. Sans vous parler du Vent frais, Vent du matin qui a soufflé aux sommets des grands pins pas loin d’une bonne cinquantaine de fois… Oui, on se demande toujours pourquoi on apprend toutes ces comptines. Bah voilà. C’est pour faire fliper les grizzlis.

IMG_2529

Après cet exploit (si, je considère que 2 heures toute seule dans la forêt dans ces conditions relèvent de l’exploit), j’ai continué à arpenter les chemins toute la journée. Et j’ai commencé à me dire que c’était bien joli toutes ces histoires d’ours mais en attendant, j’en ai pas vu la truffe d’un seul ! Et c’est limite si je me suis pas sentie un peu frustrée…

Mais ça y est. Il est temps de quitter Jasper pour retourner un peu plus au sud. Et oui, j’ai atteint le point le plus nordique de ce voyage, maintenant, faut redescendre. Mais toujours en restant dans les Rocheuses. La prochaine destination est le Banff National Park. Pour y aller, y a une très jolie route qui se nomme la Icefield Parkway. Comme son nom l’indique, elle traverse des champs de glace. Des glaciers quoi. Enormes. Monstrueux. Encore plus impressionnants que ceux de Nouvelle-Zélande.

Et parce que sinon, ça n’aurait pas été marrant, perdue au milieu de ce grand nulle part, je me suis enfermée à l’extérieur de Flipper. Oui, je sais, c’est la deuxième fois que je fais un truc comme ça. La première fois, il avait suffi que je téléphone à ma mère pour qu’elle fasse les 150kms qui nous séparaient et m’apporte le double des clés de ma voiture. Cette fois… bah, y a pas de double. Et de toute façon, mon téléphone est dans la voiture et en plus, il a plus de batterie. Alors évidemment, vous vous demandez comment on peut s’enfermer à l’extérieur d’une voiture. C’est pas compliqué : tu fermes toutes les portières de l’intérieur et tu claques la dernière portière en laissant les clés sur le siège. Et paf ! t’es enfermé à l’extérieur ! Alors j’ai demandé aux autres gens garés sur le parking si je pouvais essayer d’ouvrir ma porte avec une de leurs clés. Et bizarrement, ça n’a pas marché. Au moment où je m’apprêtais à casser ma vitre avec un gros caillou (aux grands maux les grands remèdes), un monsieur me suggère d’aller jusqu’au poste de rangers un peu plus loin et de demander de l’aide. Il pense que ça doit arriver souvent et qu’il sauront quoi faire. Moi, j’y crois moyen mais soyons honnêtes, j’ai rien à perdre. J’arrive donc chez les rangers et j’essaye d’explique mon petit souci sans avoir l’air trop idiote… Mais apparemment, ça arrive effectivement hyper souvent. Le gars me dit : « Pas de problème madame ! On vous envoie quelqu’un sur le parking dans 5 minutes ! ». Bon… bah ça a l’air simple en fait. Et 5 minutes plus tard, un gars débarque dans une camionnette remplie d’outils et se met à forcer ma portière, à glisser une tringle et hop ! le tour est joué ! Lui aussi, il dit que ça arrive tout le temps. Mais bon, là, il pense bien que je suis la dernière de la saison. Ça serait arrivé 2 semaines plus tard, y aurait bien eu les rangers mais lui avec sa camionnette, ils auraient pas été dans le coin. En attendant, je me confonds en remerciements. Et je serre ma petite clé de toutes mes forces dans le creux de ma main. J’aurais cassé ma fenêtre, je me serais bien gelée dans Flipper…

A la nuit tombée, je finis par arriver à Lake Louise. Je m’installe au camping et me dépêche de faire cuire mes nouilles. C’est qu’il fait encore plus froid ici qu’à Jasper ! Moi, j’crois bien que les ours, ils sont au fond de leurs tanières. Fait bien trop froid pour mettre la truffe dehors…

Photos ici.