Lundi matin, l’empereur, sa femme et le p’tit princ-euh !

On est dimanche matin, je suis encore à Vancouver et j’hésite : retournais-je ou ne retournais-je pas en ville pour refaire un p’tit tour vu que ce matin, miracle, il ne pleut plus ?

Le temps de décider, je vais à la laverie. Evidemment, quand j’en ressors… la pluie est revenue. Bon, bah je commence à en avoir un peu marre de me faire tremper alors Vancouver, ce sera pour une prochaine fois ! Et en été de préférence… Vraiment dommage, y avait encore plein de trucs que je voulais voir mais là c’est franchement pas marrant.

Du coup, je range un peu Flipper, je passe le balai, je traîne au Starbucks pour charger une batterie, bref, je prends mon temps.

Et finalement, je me remets en route. C’est que pour arriver à Jasper (c’est la prochaine étape), y a un petit paquet de kilomètres à mettre au compteur. Y en a même tellement que j’ai décidé de couper la poire en deux et de m’arrêter à Kelowna. Et pourquoi Kelowna ? Parce qu’en fait, c’est pas exactement sur la route et ça la rallongerait même un peu. Et bah parce qu’à Kelowna, y a Tête de Chat ! Et que comme on s’est loupés en Nouvelle-Zélande, on va tâcher de rattraper le coup !

Les heures et les kilomètres s’enchaînent et ne se ressemblent pas tant que ça. Le paysage commence sérieusement à changer. Bon, évidemment, y a plus la mer et les collinettes deviennent progressivement des collines puis des monts et des montagnettes. Non, c’est pas encore vraiment les montagnes là. Quoi qu’il en soit, moi, j’en profite derrière le ballet des essuie-glaces qui n’arrêtent pas. Non, vraiment, une belle journée.

J’ai un peu de mal à profiter de l’arrivée sur Kelowna pourtant fort jolie. La région est spécialisée dans les vergers et entre les montagnettes, le lac et les rangées de pommiers et de cerisiers, c’est plutôt sympa. Et en plus, Tête de Chat m’attend avec un bon gros burger (de chez Fat Burger, ça ne s’invente pas !) et la journée finit bien mieux qu’elle n’a commencé. J’ai même le droit de dormir entre deux allées de cerisiers dans le verger dans lequel travaille Tête de Chat. Bon, j’ai aussi droit à un monstrueux orage en pleine nuit mais je dis rien, je serre les dents. Normalement, à partir de demain, il refait beau.

Et effectivement, quand j’émerge de mes cerises, le ciel est presque dégagé.

IMG_2416

Cela étant dit, je m’attarde pas. Aujourd’hui y a pas moins de 10 heures de route au menu. C’est que ça se mérite les Rocheuses ! Et comme en plus TomTom me fait quelques petite blagues, ça n’arrange pas les choses.

En fin de journée, alors que je touche au but (oui ! Jasper n’est plus qu’à 50kms ! youpi !), une chose se met à bouger sur le côté de la route et commence à traverser. Je freine (non, y a personne derrière, ça fait un bon moment que y a plus que moi sur la route) et je me retrouve à côté… d’un loup ! Un joli petit loup qui court le long de la route et me jette un regard de temps en temps. Je sais pas où il va mais il file ! Je le laisse retraverser dans l’autre sens et il disparaît dans les bois… Wouah ! Bah dis donc, ça commence fort !

IMG_2438

C’est finalement à la nuit tombante que j’arrive au camping. Parce que oui, fini la clandestinité ! Dans les parcs nationaux (ou régionaux, ou provinciaux, ou n’importe quel parc) les rangers veillent… T’as pas intérêt à dormir là où t’as pas le droit ! Alors pendant les quelques jours à venir, c’est camping. La gentille petite dame à l’entrée me dit de bien faire attention à pas laisser traîner de nourriture parce que y a des animaux et qu’ils viendront fouiner dans mes petites affaires. Ah bon ? Des animaux ? Quels animaux ? Ben, des ours et puis des caribous. Et en plus, c’est la saison du rut pour les caribous alors… give them space qu’elle me dit. Euh… j’ai jamais été très attirée par les caribous alors… Bon, y a pas foule au camping. Y a même vraiment pas grand-monde… Et je comprends rapidement pourquoi : dès que le soleil disparaît derrière la montagne (ah oui parce que là, c’est de la vraie montagne, avec de la neige dessus), la température frise le zéro. Autant dire que je m’emmitoufle rapido dans toutes mes couvertures et que je me roule en boule au fond de Flipper.

Le lendemain matin, je sors péniblement une main de mon amoncellement de couettes pour tirer un rideau. Mouais, certes il pleut pas mais c’est pas non plus la franche rigolade. Il me faut donc un peu de temps pour me motiver à sortir du seul endroit où il fait chaud pour aller me balader dans cette forêt remplie de bêtes terrifiantes.

Parce que y a pas que la petite dame du camping qui me fait tout un baratin sur les ours. D’abord, y a au moins un panneau tous les 300 mètres qui te met en garde (attention, t’es au pays des ours et il sont dangereux…). Et puis, y a le type du Visitor Center qui te dit que ta clochette, ça sert à rien, faut chanter à tue-tête. Et pour finir, à chaque départ de sentier, y a encore un autre panneau qui te dit que la meilleure façon de cohabiter avec les ours, c’est d’éviter les rencontres donc de faire un maximum de bruit en marchant surtout si t’es tout seul.

Bien. Bien bien bien.

Alors voilà, moi, j’ai nagé avec des requins, j’ai mangé du chat (oui, on peut se dire que c’est assez probable), j’ai survécu au crash de Ben Ier, mais marcher toute seule dans la forêt avec des ours qui se baladent autour…  c’est clairement au-delà de mes capacités. Dès que je me retrouve à plus de 500 mètres du parking, chaque branche morte se transforme en bestiole sournoisement tapie dans le sous-bois, je frôle la crise cardiaque dès qu’un piaf s’envole ou qu’un écureuil fait tomber une noisette bref, c’est pas gérable. En en plus, il se met à neiger.

Pourtant c’est beau. C’est même très beau. Y a des montagnes toutes enneigées (ah bah oui, hein, bien sûr…), des glaciers (iiiiimmenses), des rivières (d’un bleu fluo qu’on appelle bleu glacier), des canyons (très profonds) et des sapins (à n’en plus finir).

Mais entre la neige, le froid et les ours, je finis par me réfugier dans un café où là au moins, personne ne va jaillir d’entre deux donuts pour me sauter dessus.

Le lendemain, un peu de bleu perce entre 2 nuages. Ah ! Bah enfin ! C’est que j’étais à 2 doigts de rentrer en hibernation moi ! Alors après avoir puisé un peu de courage dans un scone raspberry – white chocolate, je me lance à l’assaut de la forêt. Et cette fois, je ferai pas demi-tour dès que le parking ne sera plus en vue. Non, non, non… Cette fois, je vais secouer ma clochette ET m’époumoner tout le long du chemin. Alors autant vous dire que l’empereur, sa femme et le p’tit prince sont venus chez moi un paquet de fois et pas de bol, j’étais jamais là. Sans vous parler du Vent frais, Vent du matin qui a soufflé aux sommets des grands pins pas loin d’une bonne cinquantaine de fois… Oui, on se demande toujours pourquoi on apprend toutes ces comptines. Bah voilà. C’est pour faire fliper les grizzlis.

IMG_2529

Après cet exploit (si, je considère que 2 heures toute seule dans la forêt dans ces conditions relèvent de l’exploit), j’ai continué à arpenter les chemins toute la journée. Et j’ai commencé à me dire que c’était bien joli toutes ces histoires d’ours mais en attendant, j’en ai pas vu la truffe d’un seul ! Et c’est limite si je me suis pas sentie un peu frustrée…

Mais ça y est. Il est temps de quitter Jasper pour retourner un peu plus au sud. Et oui, j’ai atteint le point le plus nordique de ce voyage, maintenant, faut redescendre. Mais toujours en restant dans les Rocheuses. La prochaine destination est le Banff National Park. Pour y aller, y a une très jolie route qui se nomme la Icefield Parkway. Comme son nom l’indique, elle traverse des champs de glace. Des glaciers quoi. Enormes. Monstrueux. Encore plus impressionnants que ceux de Nouvelle-Zélande.

Et parce que sinon, ça n’aurait pas été marrant, perdue au milieu de ce grand nulle part, je me suis enfermée à l’extérieur de Flipper. Oui, je sais, c’est la deuxième fois que je fais un truc comme ça. La première fois, il avait suffi que je téléphone à ma mère pour qu’elle fasse les 150kms qui nous séparaient et m’apporte le double des clés de ma voiture. Cette fois… bah, y a pas de double. Et de toute façon, mon téléphone est dans la voiture et en plus, il a plus de batterie. Alors évidemment, vous vous demandez comment on peut s’enfermer à l’extérieur d’une voiture. C’est pas compliqué : tu fermes toutes les portières de l’intérieur et tu claques la dernière portière en laissant les clés sur le siège. Et paf ! t’es enfermé à l’extérieur ! Alors j’ai demandé aux autres gens garés sur le parking si je pouvais essayer d’ouvrir ma porte avec une de leurs clés. Et bizarrement, ça n’a pas marché. Au moment où je m’apprêtais à casser ma vitre avec un gros caillou (aux grands maux les grands remèdes), un monsieur me suggère d’aller jusqu’au poste de rangers un peu plus loin et de demander de l’aide. Il pense que ça doit arriver souvent et qu’il sauront quoi faire. Moi, j’y crois moyen mais soyons honnêtes, j’ai rien à perdre. J’arrive donc chez les rangers et j’essaye d’explique mon petit souci sans avoir l’air trop idiote… Mais apparemment, ça arrive effectivement hyper souvent. Le gars me dit : « Pas de problème madame ! On vous envoie quelqu’un sur le parking dans 5 minutes ! ». Bon… bah ça a l’air simple en fait. Et 5 minutes plus tard, un gars débarque dans une camionnette remplie d’outils et se met à forcer ma portière, à glisser une tringle et hop ! le tour est joué ! Lui aussi, il dit que ça arrive tout le temps. Mais bon, là, il pense bien que je suis la dernière de la saison. Ça serait arrivé 2 semaines plus tard, y aurait bien eu les rangers mais lui avec sa camionnette, ils auraient pas été dans le coin. En attendant, je me confonds en remerciements. Et je serre ma petite clé de toutes mes forces dans le creux de ma main. J’aurais cassé ma fenêtre, je me serais bien gelée dans Flipper…

A la nuit tombée, je finis par arriver à Lake Louise. Je m’installe au camping et me dépêche de faire cuire mes nouilles. C’est qu’il fait encore plus froid ici qu’à Jasper ! Moi, j’crois bien que les ours, ils sont au fond de leurs tanières. Fait bien trop froid pour mettre la truffe dehors…

Photos ici.

Chercher de l’or

Après m’être suffisamment gelée les fesses être redescendue de mon glacier, j’ai poursuivi la route vers le sud, toujours plus au sud.  Je suis donc allée à Wanaka. Et pourquoi pas aller directement à Queenstown, me direz-vous ? (… je sais bien que vous n’avez aucune d’idée d’où est Wanaka, hein, et peut-être pas mieux pour Queenstown, j’essaye juste de vous faire participer un peu !) Et bien parce que il y a suffisamment de choses à voir et à faire pour  y consacrer la journée. Enfin ça, c’est vrai quand il fait beau. Parce qu’on en revient toujours à la même chose : quand la bande sonore de ta journée est le chpouic-chpouic de tes essuie-glaces… ça finit par te rendre ronchonchon.

En route, je m’arrête acheter un beau morceau de saumon dans une ferme aquacole. Il était temps, la ferme est à vendre, le saumon, ça ne rapporte visiblement pas assez (à moins que ce soit le fait que la ferme soit cachée dans un virage sur une route paumée au fin fond de la cambrousse…). Pour vous dire où j’en suis, c’est le « highlight » de la journée, youpi, je vais manger du poisson, j’en avais pas mangé depuis… depuis… j’me rappelle même plus quand ! Voilà où ça mène d’entendre chpouic-chpouic toute la journée…

En plus, la balade que j’avais repérée dans le Mount Aspiring National Park est temporairement fermée parce que soi-disant, ils sont en train de refaire un pont et il n’est pas envisageable de traverser la rivière à la nage… J’vais les emmener se promener dans la jungle thaïlandaise, moi, ça va pas faire un pli ! Et puis le Wanaka Lake, il est bien joli, on pourrait au moins se balader autour, mais je commence à en avoir un peu ras la casquette de devoir déployer tous les soirs des trésors d’ingéniosité pour transformer Ben en séchoir géant. Alors du coup, je fais le tour des campings qui sont scandaleusement chers et je finis par aller bouder loin de la ville, au bord du lac, dans un camping au bout d’une petite piste gravillonnée. Ça a beau sembler être au milieu de nulle part, y a le wifi et un sèche-linge alors j’en profite pour faire ma lessive et je me colle devant les premiers épisodes de Game of Thrones en m’enroulant dans un châle et en buvant du thé (oui, des fois, c’est pas parce qu’on fait un tour du monde qu’on ne fait que des trucs qu’on ne pourrait pas faire chez soi, tranquillement vautré dans son canapé). L’erreur fatale… Au début, je trouve quand même que ça saigne un peu beaucoup là-dedans mais après le deuxième épisode, je suis complètement accro et il me faudra une sacrée dose de volonté pour ne pas avaler toute la première saison d’un coup. Pourtant, la pluie qui tambourine sur Ben m’aurait donné une très très bonne excuse…

Le lendemain matin, … miracle ! j’aperçois un carré de ciel bleu. Je saute dans mes baskets et je pars à l’assaut du Diamond Lake. Bon, le Diamond Lake, il est tout petit, il est mignon mais en soi, il n’a pas grand intérêt. Ce qui en a bien plus, c’est de grimper sur la montagne d’à côté pour admirer le Wanaka Lake et les environs. Bon, normalement on voit aussi le Mount Aspiring. Mais y a beau avoir un bout de ciel bleu, les nuages sont encore bien trop lourds et bien trop bas pour qu’on aperçoive le sommet de quoi que ce soit ! En redescendant, je prends le chemin de Queenstown et pour changer de disque (ça fait 2 semaines que j’ai le même CD qui tourne en boucle dans l’autoradio de Ben…), je prends une auto-stoppeuse… française ! Elle s’appelle Marion, ça fait 2 ans qu’elle habite à Wanaka, elle travaille dans la station de ski juste à côté et là, elle va à Queenstown pour une fête de fin de saison, et elle va aussi retrouver son frère qui est venu lui rendre visite avant de retourner en France chez ses parents en Savoie où elle veut faire la saison d’été en Suisse et… wow ! elle est plus bavarde que moi ! Mais elle est rigolote, elle adooooore la Nouvelle-Zélande et elle est hyper déçue que je ne découvre pas tout ça sous le soleil « parce que c’est vraiment trooooop beau… ». Je sais, on me l’a répété assez souvent, j’ai bien compris que j’ai pas choisi la meilleure saison… Et bah tant pis, ça me donnera une bonne excuse pour revenir ! Et na !

Bref, en arrivant à Queenstown, je dépose Marion et je récupère ma vieille copine la pluie… Le centre-ville est plutôt joli mais ce n’est qu’un alignement de restos et d’agences de parapente-vtt-saut-à-l’élastique-kayak-rafting. Alors je me dis qu’il est temps que je tente ma chance et je vais visiter Arrowtown, à quelques kilomètres de là.

Arrowtown est une toute petite ville qui a vu le jour en 1860 après qu’on ait découvert un peu d’or dans la rivière. Aujourd’hui, il reste près de 60 bâtiments en bois de l’époque et les vestiges d’une colonie chinoise. Parce qu’à l’époque, beaucoup de Chinois, sont venus, comme moi, tenter leur chance en passant la rivière au tamis. On ne peut pas vraiment dire qu’ils aient été bien accueillis. Pourtant, ils ont réussi à sortir plus de lingots de cette rivière que tous les autres chercheurs d’or. Ça n’a pas dû les aider à se faire accepter non plus… Mais en fait, ils s’en fichaient royalement, ils voulaient juste gagner assez d’argent pour retourner vivre comme des nababs dans leur pays.

J’ai peut-être pas trouvé d’or mais j’ai trouvé le Remarkable Sweet Shop. Remarkable parce qu’autour de Queenstown se situe la chaîne de montagnes du même nom. Il paraît. Moi, j’ai rien vu. Par contre, j’ai failli attraper un torticoli à essayer de compter le nombre de bonbonnières sur les étagères. Afin de vous rendre compte de ce qu’il se passe à l’autre bout de la terre et uniquement dans ce but journalistique, j’ai donc acheté quelques sucreries empaquetées dans du papier kraft… Bah, quand y a marqué « Barnetts Rhubarb Mega Sour », vous pouvez me croire, c’est MEGA sour

Et puis je suis retournée à Queenstown où j’ai loupé Tête de Chat qui en avait plein les bottes de cette météo pourrie et qui avait décidé de mettre les voiles à l’ouest. Moi, je suis restée là et j’ai passé la soirée à maudire les sites internet de prévisions météorologiques qui te mettent dans la même case un petit soleil, un petit nuage et 2 bonnes gouttes de pluie… Tu prends ce que tu veux, y aura un petit peu de tout ! Pfff…

Photos ici.