PCT Day 139 : Fallait bien que ça arrive…

du Mile 881 au Mile 901

Pour une fois, la nuit n’a pas été trop froide mais le réveil est un peu difficile. Mes vêtements sont froids et humides et j’ai pas vraiment envie de quitter mon sac de couchage. En plus, les jours raccourcissent vite maintenant et ce matin, le soleil n’est même pas encore levé.

On a seulement 3,8 miles jusqu’à Silver Pass. C’est pas très difficile mais je suis lente. Au col, on croise l’Israélien et l’Américain rencontrés 2 semaines auparavant à quelques miles de la frontière canadienne. Ils sont eux aussi revenus dans la Sierra mais en sobo. On croise aussi un hiker qu’on avait pas vu depuis Bishop en juin dernier. C’est rigolo tous ces gens qui ont zappé la Sierra en juin et qui reviennent maintenant. On a tous choisi des options différentes mais finalement, on se retrouve tous au même endroit au même moment.

La descente après le col n’est pas très difficile non plus mais ma cuisse gauche commence à se plaindre. La deuxième montée de la journée n’arrange rien. C’est maintenant mon genou qui devient franchement rouillé. Je boite, je n’arrive plus à avancer et j’ai tellement mal que je me mets à pleurer. Les quelques personnes qui me croisent me regardent bizarrement… Je finis par retrouver Spider et Lucie qui sont en train de déjeuner au bord d’un lac. C’est plutôt inhabituel que je sois autant à la traîne et quand ils me demandent comment ça va… j’éclate en sanglots…

Comme par hasard, il faut que ça arrive alors qu’on est à 3 jours de la fin de notre trail. Je ne sais pas si c’est une déchirure musculaire ou une tendinite. On reconnaît un paramedic croisé à VVR parmi un groupe de hikers qui passe près de nous et je lui demande s’il peut regarder mon genou. Il me conseille de faire un bon straping et de prendre des anti-douleurs.

Je repars donc doucement. Spider a pris une partie de mes affaires pour alléger mon sac. Au début, ça semble aller mieux puis la douleur revient. Je marche lentement. Très lentement. Hyper lentement. Lucie et Spider m’attendent tous les 100 pas pour être sûrs que je ne me suis pas effondrée en chemin. Ils dessinent des petits signes dans la poussière du trail pour me remonter le moral…

On finit par arriver au camp à 18h30 alors que trail était hyper facile et qu’on aurait dû littéralement le survoler. C’est un très grand campsite et il y a énormément de JMT hikers. On arrive tout de même à se trouver un petit coin tranquille un peu à l’écart pour monter nos tentes. Je m’empiffre de ibuprofène et je me fais un cataplasme de Voltarène avant de me coucher.

Demain j’irai jusqu’à Reds Meadow et après, on verra comment mon genou tient…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s