Lundi matin, l’empereur, sa femme et le p’tit princ-euh !

On est dimanche matin, je suis encore à Vancouver et j’hésite : retournais-je ou ne retournais-je pas en ville pour refaire un p’tit tour vu que ce matin, miracle, il ne pleut plus ?

Le temps de décider, je vais à la laverie. Evidemment, quand j’en ressors… la pluie est revenue. Bon, bah je commence à en avoir un peu marre de me faire tremper alors Vancouver, ce sera pour une prochaine fois ! Et en été de préférence… Vraiment dommage, y avait encore plein de trucs que je voulais voir mais là c’est franchement pas marrant.

Du coup, je range un peu Flipper, je passe le balai, je traîne au Starbucks pour charger une batterie, bref, je prends mon temps.

Et finalement, je me remets en route. C’est que pour arriver à Jasper (c’est la prochaine étape), y a un petit paquet de kilomètres à mettre au compteur. Y en a même tellement que j’ai décidé de couper la poire en deux et de m’arrêter à Kelowna. Et pourquoi Kelowna ? Parce qu’en fait, c’est pas exactement sur la route et ça la rallongerait même un peu. Et bah parce qu’à Kelowna, y a Tête de Chat ! Et que comme on s’est loupés en Nouvelle-Zélande, on va tâcher de rattraper le coup !

Les heures et les kilomètres s’enchaînent et ne se ressemblent pas tant que ça. Le paysage commence sérieusement à changer. Bon, évidemment, y a plus la mer et les collinettes deviennent progressivement des collines puis des monts et des montagnettes. Non, c’est pas encore vraiment les montagnes là. Quoi qu’il en soit, moi, j’en profite derrière le ballet des essuie-glaces qui n’arrêtent pas. Non, vraiment, une belle journée.

J’ai un peu de mal à profiter de l’arrivée sur Kelowna pourtant fort jolie. La région est spécialisée dans les vergers et entre les montagnettes, le lac et les rangées de pommiers et de cerisiers, c’est plutôt sympa. Et en plus, Tête de Chat m’attend avec un bon gros burger (de chez Fat Burger, ça ne s’invente pas !) et la journée finit bien mieux qu’elle n’a commencé. J’ai même le droit de dormir entre deux allées de cerisiers dans le verger dans lequel travaille Tête de Chat. Bon, j’ai aussi droit à un monstrueux orage en pleine nuit mais je dis rien, je serre les dents. Normalement, à partir de demain, il refait beau.

Et effectivement, quand j’émerge de mes cerises, le ciel est presque dégagé.

IMG_2416

Cela étant dit, je m’attarde pas. Aujourd’hui y a pas moins de 10 heures de route au menu. C’est que ça se mérite les Rocheuses ! Et comme en plus TomTom me fait quelques petite blagues, ça n’arrange pas les choses.

En fin de journée, alors que je touche au but (oui ! Jasper n’est plus qu’à 50kms ! youpi !), une chose se met à bouger sur le côté de la route et commence à traverser. Je freine (non, y a personne derrière, ça fait un bon moment que y a plus que moi sur la route) et je me retrouve à côté… d’un loup ! Un joli petit loup qui court le long de la route et me jette un regard de temps en temps. Je sais pas où il va mais il file ! Je le laisse retraverser dans l’autre sens et il disparaît dans les bois… Wouah ! Bah dis donc, ça commence fort !

IMG_2438

C’est finalement à la nuit tombante que j’arrive au camping. Parce que oui, fini la clandestinité ! Dans les parcs nationaux (ou régionaux, ou provinciaux, ou n’importe quel parc) les rangers veillent… T’as pas intérêt à dormir là où t’as pas le droit ! Alors pendant les quelques jours à venir, c’est camping. La gentille petite dame à l’entrée me dit de bien faire attention à pas laisser traîner de nourriture parce que y a des animaux et qu’ils viendront fouiner dans mes petites affaires. Ah bon ? Des animaux ? Quels animaux ? Ben, des ours et puis des caribous. Et en plus, c’est la saison du rut pour les caribous alors… give them space qu’elle me dit. Euh… j’ai jamais été très attirée par les caribous alors… Bon, y a pas foule au camping. Y a même vraiment pas grand-monde… Et je comprends rapidement pourquoi : dès que le soleil disparaît derrière la montagne (ah oui parce que là, c’est de la vraie montagne, avec de la neige dessus), la température frise le zéro. Autant dire que je m’emmitoufle rapido dans toutes mes couvertures et que je me roule en boule au fond de Flipper.

Le lendemain matin, je sors péniblement une main de mon amoncellement de couettes pour tirer un rideau. Mouais, certes il pleut pas mais c’est pas non plus la franche rigolade. Il me faut donc un peu de temps pour me motiver à sortir du seul endroit où il fait chaud pour aller me balader dans cette forêt remplie de bêtes terrifiantes.

Parce que y a pas que la petite dame du camping qui me fait tout un baratin sur les ours. D’abord, y a au moins un panneau tous les 300 mètres qui te met en garde (attention, t’es au pays des ours et il sont dangereux…). Et puis, y a le type du Visitor Center qui te dit que ta clochette, ça sert à rien, faut chanter à tue-tête. Et pour finir, à chaque départ de sentier, y a encore un autre panneau qui te dit que la meilleure façon de cohabiter avec les ours, c’est d’éviter les rencontres donc de faire un maximum de bruit en marchant surtout si t’es tout seul.

Bien. Bien bien bien.

Alors voilà, moi, j’ai nagé avec des requins, j’ai mangé du chat (oui, on peut se dire que c’est assez probable), j’ai survécu au crash de Ben Ier, mais marcher toute seule dans la forêt avec des ours qui se baladent autour…  c’est clairement au-delà de mes capacités. Dès que je me retrouve à plus de 500 mètres du parking, chaque branche morte se transforme en bestiole sournoisement tapie dans le sous-bois, je frôle la crise cardiaque dès qu’un piaf s’envole ou qu’un écureuil fait tomber une noisette bref, c’est pas gérable. En en plus, il se met à neiger.

Pourtant c’est beau. C’est même très beau. Y a des montagnes toutes enneigées (ah bah oui, hein, bien sûr…), des glaciers (iiiiimmenses), des rivières (d’un bleu fluo qu’on appelle bleu glacier), des canyons (très profonds) et des sapins (à n’en plus finir).

Mais entre la neige, le froid et les ours, je finis par me réfugier dans un café où là au moins, personne ne va jaillir d’entre deux donuts pour me sauter dessus.

Le lendemain, un peu de bleu perce entre 2 nuages. Ah ! Bah enfin ! C’est que j’étais à 2 doigts de rentrer en hibernation moi ! Alors après avoir puisé un peu de courage dans un scone raspberry – white chocolate, je me lance à l’assaut de la forêt. Et cette fois, je ferai pas demi-tour dès que le parking ne sera plus en vue. Non, non, non… Cette fois, je vais secouer ma clochette ET m’époumoner tout le long du chemin. Alors autant vous dire que l’empereur, sa femme et le p’tit prince sont venus chez moi un paquet de fois et pas de bol, j’étais jamais là. Sans vous parler du Vent frais, Vent du matin qui a soufflé aux sommets des grands pins pas loin d’une bonne cinquantaine de fois… Oui, on se demande toujours pourquoi on apprend toutes ces comptines. Bah voilà. C’est pour faire fliper les grizzlis.

IMG_2529

Après cet exploit (si, je considère que 2 heures toute seule dans la forêt dans ces conditions relèvent de l’exploit), j’ai continué à arpenter les chemins toute la journée. Et j’ai commencé à me dire que c’était bien joli toutes ces histoires d’ours mais en attendant, j’en ai pas vu la truffe d’un seul ! Et c’est limite si je me suis pas sentie un peu frustrée…

Mais ça y est. Il est temps de quitter Jasper pour retourner un peu plus au sud. Et oui, j’ai atteint le point le plus nordique de ce voyage, maintenant, faut redescendre. Mais toujours en restant dans les Rocheuses. La prochaine destination est le Banff National Park. Pour y aller, y a une très jolie route qui se nomme la Icefield Parkway. Comme son nom l’indique, elle traverse des champs de glace. Des glaciers quoi. Enormes. Monstrueux. Encore plus impressionnants que ceux de Nouvelle-Zélande.

Et parce que sinon, ça n’aurait pas été marrant, perdue au milieu de ce grand nulle part, je me suis enfermée à l’extérieur de Flipper. Oui, je sais, c’est la deuxième fois que je fais un truc comme ça. La première fois, il avait suffi que je téléphone à ma mère pour qu’elle fasse les 150kms qui nous séparaient et m’apporte le double des clés de ma voiture. Cette fois… bah, y a pas de double. Et de toute façon, mon téléphone est dans la voiture et en plus, il a plus de batterie. Alors évidemment, vous vous demandez comment on peut s’enfermer à l’extérieur d’une voiture. C’est pas compliqué : tu fermes toutes les portières de l’intérieur et tu claques la dernière portière en laissant les clés sur le siège. Et paf ! t’es enfermé à l’extérieur ! Alors j’ai demandé aux autres gens garés sur le parking si je pouvais essayer d’ouvrir ma porte avec une de leurs clés. Et bizarrement, ça n’a pas marché. Au moment où je m’apprêtais à casser ma vitre avec un gros caillou (aux grands maux les grands remèdes), un monsieur me suggère d’aller jusqu’au poste de rangers un peu plus loin et de demander de l’aide. Il pense que ça doit arriver souvent et qu’il sauront quoi faire. Moi, j’y crois moyen mais soyons honnêtes, j’ai rien à perdre. J’arrive donc chez les rangers et j’essaye d’explique mon petit souci sans avoir l’air trop idiote… Mais apparemment, ça arrive effectivement hyper souvent. Le gars me dit : « Pas de problème madame ! On vous envoie quelqu’un sur le parking dans 5 minutes ! ». Bon… bah ça a l’air simple en fait. Et 5 minutes plus tard, un gars débarque dans une camionnette remplie d’outils et se met à forcer ma portière, à glisser une tringle et hop ! le tour est joué ! Lui aussi, il dit que ça arrive tout le temps. Mais bon, là, il pense bien que je suis la dernière de la saison. Ça serait arrivé 2 semaines plus tard, y aurait bien eu les rangers mais lui avec sa camionnette, ils auraient pas été dans le coin. En attendant, je me confonds en remerciements. Et je serre ma petite clé de toutes mes forces dans le creux de ma main. J’aurais cassé ma fenêtre, je me serais bien gelée dans Flipper…

A la nuit tombée, je finis par arriver à Lake Louise. Je m’installe au camping et me dépêche de faire cuire mes nouilles. C’est qu’il fait encore plus froid ici qu’à Jasper ! Moi, j’crois bien que les ours, ils sont au fond de leurs tanières. Fait bien trop froid pour mettre la truffe dehors…

Photos ici.

Vancouver

Ce matin, il fait à nouveau gris. Grrr… Bon, de toute façon, il est prévu qu’il pleuve les 3 prochains jours alors je vais pas rester planquer sous mes couvertures, faut bien avancer ! Je reprends donc la route et descends lentement la Sunshine Coast. Sunshine Coast mon œil oui ! Y a pas un rayon de soleil à 500kms ! Je tente bien une ou deux sorties pour aller admirer l’océan mais entre la pluie et les panneaux qui me mettent en garde contre les ours, les lynx et autres bestioles qui meurent d’envie de me dévorer, j’insiste pas trop.

Je fais une petite pause pour le déjeuner à Roberts Creek où je dévore, moi, un burger de bison et en début d’après-midi, je grimpe sur le dernier ferry qui m’amène juste au nord de Vancouver. Je ne sors même pas de Flipper pour admirer le paysage : il y a tellement de brume qu’on ne voit pas à 5 mètres… Déprimant…

IMG_2327

Au moment de descendre du ferry, on croise la file des voitures qui veulent repartir dans l’autre sens. Ça s’étale sur des kilomètres ! Et je prends conscience que j’approche une grande ville : j’ai pas vu autant de voitures en même temps depuis un bon bout de temps ! Et l’autoroute a 3 voies !

Avant de rejoindre Vancouver, je fais un dernier stop à la Lynn Valley, un petit parc où une rivière a creusé un joli canyon. Et par-dessus ce canyon passe un petit pont suspendu en bois, du genre qui gigote bien quand tu sautes dessus. Et évidemment, comme il pleut sans discontinuer depuis le matin, c’est encore plus marrant parce que c’est bien glissant…

IMG_2332

Je finis par atteindre Vancouver. Utilisant la technique désormais testée et approuvée du Park & Ride, je me gare au nord de la ville et prends le bus pour le centre. En fait, ce soir, j’ai l’intention de trouver un magasin de camping où je pourrais trouver une bouilloire électrique à brancher sur mon allume-cigare. Je ne sais même pas si ce genre de truc existe mais vu les hallebardes qui tombent, il est clairement impossible d’utiliser le réchaud à l’arrière du van. Et vu la température, pouvoir se faire de la soupe ou du thé n’est franchement pas du luxe. Et utiliser un réchaud à gaz à l’intérieur de Flipper me semble un poil dangereux.  Je galère un peu pour arriver jusqu’à la boutique (les bus ne passent pas vraiment toutes les 4 minutes dans le coin et en plus, faut faire un changement…)  et le vendeur m’explique gentiment que non, c’est pas possible de brancher une bouilloire sur un allume-cigare parce que ça pomperait toute la batterie, désolé. Bien. J’aurai donc froid et puis c’est tout !

Je fais un petit tour en ville mais je dois pas être dans le quartier animé parce qu’il a beau être 20h, y a pas grand-monde dans les rues. Je finis par atterrir au Acmé Café où, pour me remonter le moral, je me noie dans une part de tarte au citron…

IMG_2339

Alors que je suis couchée, j’entends des gens qui promènent leur chien passer à côté de Flipper et s’étonner que ma plaque d’immatriculation soit de Californie… Bah ouais, quand je vois le temps qu’il fait ici, j’suis à 2 doigts de me demander pourquoi je suis pas restée là-bas !

Le lendemain matin… il pleut. Tant qu’à être mouillée, je prends la direction de la piscine. Il est 8h, c’est bien ouvert mais y a personne derrière le guichet. Juste un petit panneau qui dit que la personne va arriver dans  45 minutes. Bon, bah moi, c’est pas que j’ai pas que ça à faire mais puisqu’on peut quand même rentrer… En plus, y a du monde dans le bassin ! En fait, je réalise vite que c’est un cours et qu’en plus, c’est réservé aux personnes trisomiques. J’ai comme un doute de passer inaperçue… Bon, bah au diable l’entraînement, aujourd’hui, ce sera douche et puis c’est tout ! Je ressors de là l’œil vif et le poil brillant mais l’estomac dans les talons. Je prends donc le bus pour le centre-ville et m’offre un petit-déjeuner de compét’ au Templeton. Œufs brouillés, pommes de terre sautées, toasts… je suis parée pour affronter le crachin. Pour changer un peu, j’ai décidé de suivre une visite guidée de la ville. La visite est gratuite et le guide est un gars rigolo qui nous raconte beaucoup d’anecdotes sur les différentes périodes qu’a traversées Vancouver. Difficile pourtant d’apprécier l’architecture de la ville quand tu te remplis les yeux de gouttes dès que tu lèves la tête…

Après ce petit tour dans les quartiers les plus anciens de Vancouver, je cours m’abriter au Visitor Center : le crachin vient de se transformer en déluge et en 10 minutes, l’eau est à hauteur des trottoirs. Je suis trempée, mon sac est trempé et je crains pour la survie de mon appareil photo (j’ai déjà perdu un appareil dans des circonstances étrangement similaires…). Je grimpe ensuite dans un bus pour me rendre au marché à Granville Island. Je ne suis visiblement pas la seule à avoir eu l’idée d’aller me refugier là-bas : il y a foule ! Il faut dire que les étals sont plutôt appétissants et que les commerçants n’hésitent pas à faire goûter leurs produits !

La pluie ayant fini par s’arrêter (en même temps, y a un moment, y a plus d’eau dans le robinet…), je retourne vers le centre-ville à pieds et je peux enfin apprécier la vue sur Vancouver. Avec l’eau partout (l’océan, hein, pas les flaques) et tous ces espaces verts, ça doit être plutôt agréable de vivre ici. Bon, ça doit être sympa en été. Parce que là…

IMG_2379

Pour finir ma journée en beauté, je me rends à la Rogers Arena, LA salle de spectacle de Vancouver. Ce soir, c’est concert. Et pas n’importe quel concert. Ça fait bientôt un mois que peu importe la station de radio que capte Flipper, je n’entends que lui ! Ce soir, Jason Aldean est à Vancouver ! Alors bien sûr, vous n’avez jamais entendu parler de Jason Aldean. Et bah, Jason Aldean, c’est lui.

IMG_2406

Et oui, il a vraiment des bottes de cow-boy, un chapeau de cow-boy et un accent de vieux Texan. Ce soir, c’est country night ! Mais le meilleur c’est clairement le public. Pour l’occasion, tout le monde a sorti son plus beau Stetson, ses bottes et sa chemise à carreaux. Et puis Jason n’est pas venu tout seul ! Il a aussi amené Jake Owen. C’est le même mais en un peu plus jeune. Et visiblement, ces deux-là sont des mégastars.

IMG_2403

Et je sais pas si la meilleure partie ça n’a pas été quand, après le concert, tout le monde est sorti, créant un raz-de-marée de country boys and girls dans Vancouver.

J’aurais aimé passer un ou deux jours de plus dans cette ville (et de préférence, pas sous la pluie…). Il y avait encore plein de choses à voir. Mais les montagnes m’appellent…

Photos ici.

L’île de Vancouver

Malheureusement c’est encore la pluie qui me réveille ce matin. Bon aujourd’hui, je le sais, ça va pas durer toute la journée. On va donc pas se laisser abattre et en attendant que le ciel se dégage, je file à la laverie.

Un petit tour de machine et quelques volts piqués à Starbucks plus tard, me revoilà en route. Flipper ressemble à un séchoir géant, y a des fringues qui finissent de sécher partout sur ses rideaux. On va au Goldstream Provincial Park. Soi-disant de très jolis chemins de randonnée, de belles cascades… bref, tout pour plaire quoi ! Mais j’ai dû prendre des goûts de luxe : je manque louper l’entrée du parc tellement le panneau est petit sur le bord de la route ! Et en fait, il ne s’agit que de l’entrée du camping, ce qui, certes, m’intéresse puisque j’ai prévu de passer la nuit là mais avant ça, j’aimerais trouver le Visitor Center, celui où y a les gentils rangers qui te disent où sont les sentiers et si tu vas pas te noyer dans un nuage de moustiques. Là encore, j’ai un peu de mal à trouver mas je finis par arriver devant la petite cabane… fermée ! Ah oui, ils sont en train de faire des travaux, là, y a personne. Et bah super ! Pas une brochure ou une carte à l’horizon, je prends une photo du plan qui est affiché à l’entrée et je retourne m’installer au camping. Au moins, la pluie s’est arrêtée.

Le temps de déjeuner et me voilà partie pour explorer la forêt. Un des sentiers mène aux Niagara Falls… alléchant ! Mon sac sur le dos et ma petite clochette tintinnabulant (oui, pour effrayer les ours, j’ai une clochette… tant que je croise pas de grosse peluche, on va dire que ça marche…), je vais d’un pas décidé vers les chutes du Niagara… et je les prends sur la tête ! La pluie a repris de plus belle et du coup, je rebrousse chemin : y a déjà bien assez de trucs qui doivent sécher dans le ventre de Flipper. J’en suis quitte pour une après-midi à bouquiner et à écouter la pluie tomber…

Le lendemain, pas moyen de partir d’ici sans avoir vu ces fameuses chutes du Niagara. Après une très longue douche brûlante, je retourne sur le sentier. Le truc, c’est qu’ils sont un peu radins sur les panneaux dans le coin. Et qu’il y a une intersection tous les 300 mètres. Et que j’ai que ma pauvre petite photo de plan pour me guider. Alors après quelques aller-retours un peu hasardeux, je finis par arriver devant…

IMG_2183

… ça.

Oui. Bon. Ben… Au moins, le jour où je serai devant les VRAIES chutes du Niagara, je serai pas déçue ! Non mais il avait un sérieux problème de myopie le gars qui a décidé de donner ce nom-là à ce ridicule petit filet d’eau qui dégringole ou quoi ? Pfff… n’importe quoi ! Bon, bah après ça, y a plus qu’à se remettre en route. La pluie est encore de la partie. En fait, à chaque fois que je fais mine de sortir de la voiture, ça se remet à tomber… Et pas qu’un peu ! Je visite donc Duncan au pas de course. Duncan est un petit village tout mignon mais où il n’y a rien alors les habitants ont décidé d’installer des totems un peu partout en centre-ville et maintenant, Duncan est appelée la Totem City.  Un peu plus loin se trouve Chemainus. Là, ce sont des fresques qui recouvrent les murs du centre-ville. Un peu dans le même principe qu’à Duncan, les habitants ont décidé de donner un attrait touristique à la ville qui était gentiment mais sûrement en train de mourir… Et ça marche ! La preuve : même sous les hallebardes qui ne me lâchent pas d’une semelle, je m’offre le tour de la ville. Et je suis pas la seule. Pour être sûr de rien louper,  y a même un petit chemin dessiné au sol : des empreintes de pas vous mènent devant chaque fresque. Y en a bien une cinquantaine ! Pas toutes très heureuses, enfin, pas toutes mon style mais c’est rigolo.

IMG_2200

Et en fin de journée, j’arrive à Nanaimo. Nanaimo est la deuxième ville de l’île de Vancouver. Juste le temps de me trouver un petit parking avant qu’il fasse nuit et c’est encore bercée par la pluie que je m’endors…

Le lendemain matin, le soleil refait son apparition. Et y a rien à dire, ça change tout. Le moral des troupes remonte en flèche. Je pars donc explorer la ville. D’un point de vue touristique, c’est assez vite fait. Il y a un petit quartier historique truffé de boutiques de déco et de restos un peu bobos et sinon, le port et le front de mer sont assez jolis. J’assiste au ballet des hydravions qui décollent et amerrissent dans la baie effrayant les canards. D’un point de vue gastronomique, je ne peux pas partir sans avoir goûté à la Nanaimo Bar…

IMG_2251

Un fond bien consistant de chocolat et noix de coco recouvert d’un petite couche de crème au beurre elle-même recouverte d’une fine couche de chocolat… ben, après ça, c’est tout juste s’il faut pas me rouler jusqu’à Flipper ! Parce qu’il est temps pour nous de reprendre le chemin du continent. Sauf qu’en arrivant à Courtenay (là où y a le ferry), il fait tellement beau que je me dis que ça serait dommage de ne pas profiter du soleil et se balader encore un peu sur l’île plutôt que de s’enfermer sur des monstres de fer. Je passe alors au Visitor Center où la petite dame, trop gentille, me propose de passer la nuit sur leur parking (« En plus, je peux laisser le wifi allumé comme ça vous aurez internet ! ») et me file une tonne de prospectus sur la région.

Je vais donc ma balader à Comox, juste à côté, et derrière la baie, j’aperçois quelques sommets enneigé qui scintillent au soleil… Ha ha ! y a vraiment de la neige, hein ? Bon, bah va peut-être falloir vérifier les conditions météo des 15 prochains jours parce que j’avais prévu d’aller encore un peu plus au nord dans les montagnes mais s’il faut mettre des chaînes à Flipper, ça va pas être possible !

En attendant, je profite de la chaleur sur le port en me disant que décidément, rien ne vaut un ciel bleu et un rayon de soleil…

IMG_2265

Le lendemain matin, c’est donc toujours sous le soleil que j’émerge de Flipper. La nuit a été plutôt fraîche et j’ai du mal à me sortir de sous ma couette. Je file donc acheter une nouvelle couverture. La caissière confirme que ce matin, il fait particulièrement froid « 4°C ! J’étais frigorifiée en venant au travail ! » Ouais, bah moi aussi…

Je prends ensuite la direction du Mount Washington Alpine Resort, LA station de ski du coin. Bon, évidemment, là, y a pas encore de neige donc la station n’est pas ouverte mais il y a de jolies balades à faire dans la forêt. Et pour une fois, on ne me rabâche pas les oreilles avec les ours. Dans le doute, je laisse quand même ma petite clochette sur mon sac… on ne sait jamais… mais je ne rencontrerai que des chiens (eux aussi, avec une petite clochette) et leurs maîtres qui leur courent après.

IMG_2297

Il est temps de quitter l’île de Vancouver et de retourner sur le continent. Je retourne à Courtenay prendre le ferry et me retrouve donc à Powell River, juste en face. En arrivant à Powell River, une orque suit le ferry pendant quelques minutes. Tout le monde est penché par-dessus bord pour essayer de l’apercevoir mais le bateau s’approche déjà de la côte et l’orque repart dans l’autre sens.

J’ai beau être de retour sur la terre ferme, je n’en ai pas encore fini avec les ferrys. Pour rejoindre Vancouver en suivant la Sunshine Coast comme ils l’appellent, il faut encore en prendre 2 autres. Le suivant n’est pas très loin, à Saltery Bay. Le temps d’attendre le ferry et de traverser, il fait nuit et je décide donc de dormir ici.

IMG_2321

Photos ici.

Victoria

En attendant, j’ai donc débarqué à Sidney, petit village n’ayant rien de particulier si ce n’est qu’il est à 15kms de Victoria, capitale de la Colombie-Britannique, cette belle région que je vais sillonner les prochains jours. Ne perdant pas de temps, je prends aussitôt le bus direction Victoria (oui, c’est qu’en fait, je vais rester dormir à Sidney alors pas la peine d’emmener Flipper jusqu’à Victoria et galérer pour se garer si c’est pour revenir ce soir). Seulement, tout s’est tellement bien passé que dans ma précipitation, j’ai oublié qu’on avait changé de monnaie : adieu dollar US, bonjour dollar canadien. Le chauffeur du bus me dit que c’est pas grave, j’ai qu’à payer mes 2,50 dollars en dollars US, ça lui convient. Bon, de toute façon, j’ai pas le choix. Mais quelque chose me dit que y a un truc louche quand même…

Et pas qu’un peu ! En fait, 1 dollar canadien, c’est pas vraiment égal à 1 dollar US. Pas vraiment pas du tout même ! Je me jette donc sur le premier distributeur venu pour faire le plein de nouveaux billets. Sauf que. Les 4 premiers distributeurs que je croise ne prennent pas les cartes Visa. Seulement les Mastercard. Le sort s’acharne ! Je vais être mal si je peux pas retirer d’espèces… Bon en fait, c’était juste un malheureux concours de circonstances : des distributeurs qui prennent les Visas, y en a plein. Mais je m’aperçois vite fait qu’ici, c’est comme aux Etats-Unis : tout le monde paye tout par carte. Même un simple café. Mais au lieu de simplement swiper la carte comme aux Etats-Unis, ici, quand c’est une Visa, ils te font faire le code. Comme chez nous quoi.

Puis c’est pas la seule différence. Quand la machine à carte bleue te parle, elle te parle en français. Bah oui ! Parce qu’ici, tout est obligatoirement dans les 2 langues. Et ça fait tout bizarre dis donc… C’est comme, les gens qui parlent français ici… bah non, ce ne sont pas des touristes. Enfin si, mais ce sont des touristes intra-muros. C’est comme si des Marseillais étaient en vacances en Bretagne. Sauf qu’au lieu du petit accent chantant de la Provence, c’est cette espèce d’accent à mourir de rire de nos amis Québécois. Mais n’empêche… ça fait tout bizarre.

Victoria est donc une charmante petite ville avec plein de gens qui se baladent dans les rues et qui font du shopping en ce samedi après-midi. Il y a des vieux bâtiments victoriens (étonnant, n’est-ce pas ?), des canards laqués qui pendouillent dans les vitrines des restos de Chinatown, quelques hydravions dans la marina, les restes d’un vieux fort et des marchands de chocolats. Rien à dire, ça a son charme.

IMG_2153

Mais la ville n’est pas très grande. En une après-midi, j’ai largement fait le tour du centre-ville. Je vais donc me renseigner dans un magasin de location de vélo pour le lendemain. Je suis ultra motivée, je promets au gars que je serai là demain à la première heure, prête à pédaler tout le long de la côte sud de l’île de Vancouver (60 bornes, hein, quand même… mais tout à plat il a dit le monsieur…).

En attendant, pour me mettre en jambe, je file à la salle de sport. Oui, celle qui est à côté de la piscine… Un peu de course, un peu de grimpette d’escaliers, un peu de natation… avoir les cheveux propre nécessite d’avoir une forme olympique !

Et alors que la nuit commence à tomber, avec Flipper, on se trouve un très chouette spot et je m’offre une omelette de compét’ devant la baie tout en faisant coucou à tous les gens venus promener leurs chiens qui me regardent curieusement… Et oui, j’ai aussi fait passer des œufs en contrebande…

IMG_2164

Le lendemain matin, c’est la pluie qui tambourine sur le toit de Flipper qui me réveille. Non pas que je sois particulièrement exigeante sur la météo mais quand tu vis dans 10m3 et qu’il pleut, c’est fâcheux. Je reste optimiste, je me dis que je vais attendre un peu, ça va pas durer toute la journée… Et bah si. Adieu la balade à vélo ! Je veux bien aller me tanner les fessiers mais au moins, que ce soit au soleil ! Sous la pluie, pas question ! Cela étant dit, j’en vois défiler un paquet de gens à bicyclette. Je me dis, normal, c’est dimanche matin.

En fin de matinée, je me décide enfin à quitter mon rocher parking et je prends la direction de Victoria. Qu’est-ce qu’on fait un dimanche quand il pleut ? On va au ciné. Encore ? Bah oui, qu’est-ce que vous voulez que je fasse d’autre ? Mais avant, je vais bruncher chez John’s Place. Ça doit valoir le coup vu le nombre de personnes qui font la queue devant ! Une heure et une paire d’œufs bénédicts plus tard… mouais, c’était pas mal mais j’ai déjà vu mieux. Je slalome entre les gouttes jusqu’au ciné où je me cale devant The Butler. Vu le nombre de bandes annonces qu’ils passent avant le film, ça doit quasiment doubler la durée de la séance ! Toujours est-il que quand je ressors de là la nuit tombe. Et évidemment, le prochain bus ne passe que dans une heure. Me voilà donc à errer comme une âme en peine dans les rues jusqu’à finir comme par hasard chez un chocolatier et m’empiffrer de bonbons au chocolat fourrés à la framboise…

Je reprends donc ma place avec Flipper le long de la baie et essaye de réchauffer mes pieds tant bien que mal. Demain, il paraît qu’il fait beau…

Photos ici.

AL contrebandière

Ce matin, le réveil a sonné. Et à 6h, s’il vous plaît ! Non mais c’est pas une heure pour s’extirper de sa couette, définitivement ! Sauf que ce matin, pas le choix. Il n’est pas question de louper le ferry qui va m’emmener de l’autre côté du détroit de Géorgie (oui, je sais pas pourquoi il s’appelle comme ça celui-là…) et me faire traverser la frontière canadienne. J’ai décidé de démarrer le périple canadien à l’extrême ouest, sur l’île de Vancouver. On m’y a promis des paysages fabuleux, des villages tout choupinous et des spécialités locales à faire frétiller les papilles. J’ai dit banco.

J’ai donc passé la nuit calmement accoudée à un petit bout de trottoir à Anacortes. Parce que c’est de là que partent les ferrys, hein, pas parce que y a quelque chose à y voir. Et il fait à peine jour quand je rejoins le terminal. Je serre sur mon cœur mon passeport et celui de Flipper (oui, il faut un peu de paperasse pour que Flipper aille tranquillement barboter à l’étranger) et je me présente tout sourire au guichet.

– Oui ? Vous allez où ?
– Euh… bonjour ! Je vais à Sidney ! (oui parce que de l’autre côté du détroit de Géorgie, ça s’appelle Sidney. Rien à voir avec les kangourous. Evidemment.)
– Oui, très bien. Ça fera 59,85 dollars.
– OK. Mais euh… vous voulez pas voir mon passeport ?
– Ah non, ça, c’est pas de ce côté que ça se passe ! C’est à l’arrivée.

Là, je me dis que si y a un problème, va falloir se retaper la traversée dans l’autre sens, que ça n’est pas bien logique tout ça mais surtout je garde mes réflexions pour moi.

Je passe ensuite à un deuxième guichet qui vérifie que j’ai bien payé au premier (bah je vois pas bien comment j’aurais pu feinter le paiement…) et m’envoie patienter dans la file n°11. Les files se remplissent doucement en même temps que le jour et le brouillard se lèvent et des messages diffusés par les haut-parleurs tournent en boucle. D’ailleurs, au bout d’un moment, je dresse l’oreille : ils parlent de « bear sprays ». Et bah figurez-vous qu’il est interdit d’entrer au Canada avec ces petits machins-là. M*** ! Je vais quand même pas jeter le mien ?! Je l’ai acheté exprès !! Bon, je le planque au fond de mon sac et je me dis que si j’ai droit à une fouille en règle, je prétexterais que je l’avais oublié… (NDLR : faut pas faire ça, c’est mal). Dans la foulée, j’apprends qu’on ne peut pas entrer au Canada non plus avec des fruits et des légumes frais. J’en ai plein le frigo, c’est parfait… Pareil, je vais pas jeter toutes mes provisions, je fais donc la sourde oreille.

On monte enfin sur le bateau, je serre bien le frein à main de Flipper (on ne sait jamais, une grosse vague et hop ! le voilà par-dessus bord !) et je vais m’installer sur le pont en espérant admirer le paysage et, sait-on jamais, une orque qui passerait par là. Evidemment, y a un brouillard à couper au couteau, on n’y voit goutte et le capitaine passe son temps à sonner de la corne de brume… Je finis donc par réintégrer le ventre de Flipper et ma couette en râlant.

Quelques heures plus tard, apparaît enfin la côte canadienne.

IMG_2132

On attend patiemment que le ferry s’immobilise, que les portes s’ouvrent et on s’avance prudemment sur le sol canadien. Là, faut refaire la queue pour passer la douane et faire tamponner son passeport. Mon tour arrive… je baisse ma vitre, m’applique à faire mon plus beau sourire, tend mon passeport et…

– Bonjour !
– Bonjour Madame. Vous êtes française ?
– Euh… oui.
– Il est à qui ce van ?
– Euh… c’est une location.
– Vous avez le contrat ?
– Bien sûr !
– Très bien. Vous allez où comme ça ?
– Ben… d’abord je vais faire un tour sur l’île de Vancouver et après je vais continuer ma route vers les parcs nationaux d’Alberta…
– Très bien. Combien de temps vous comptez rester chez nous ?
– Oh ! Pas plus de 2 semaines ! Après, je dois retourner aux USA pour rendre le van !

Là, il tamponne mon passeport et il s’apprête à me le rendre quand…

– Vous transportez de la viande, du fromage, des légumes ou des fruits ?
– Euh… c’est-à-dire… un petit peu de tout ça…
– QUOI ???
– Non mais j’ai juste un petit peu de jambon, des tranches de fromage, des carottes…
– Il reste du vert sur vos carottes ?
– Ah non non non ! Elles sont pelées et dans un sachet ! Et puis, j’ai peut-être aussi une pomme. Vous voulez voir ?

Je fais mine de détacher ma ceinture pour aller lui ouvrir le coffre.

– Faut que vous sortiez de la voiture pour regarder ?
– Euh… bah oui. C’est dans le coffre.
– Bon. Bah on n’a qu’à dire que c’est pas grave et que vous n’avez pas de pomme et puis ça ira. Allez, bon voyage et profitez bien !

Et voilà comment je me retrouve officiellement en territoire canadien, contrebandière de pommes et de tout un tas d’autres trucs…