PCT Day 15 : Fuller Ridge

du Mile 187 à Cabazon (mile 209)

Finalement, la nuit n’est pas si froide. Par contre, je suis encore une fois bien contente d’avoir mes gants pour démarrer la journée et ranger la tente…

On est relativement efficaces ce matin et on arrive à prendre le petit dej et à lever le camp avant 7h30.

Y a encore beaucoup de neige et ça nous ralentit beaucoup. En pkus, on sait qu’aujourd’hui on doit passer Fuller Ridge qui est censé être LA partie super-difficile-super-enneigée-mets-tes-crampons-sinon-t’es-foutu. Bon, pour l’instant on est lents mais ça va. On arrive au campground au mile 190 et on s’aperçoit qu’en fait, on vient de passer Fuller Ridge. Comme ça, sans même s’en apercevoir. Beaucoup plus facile que ce qu’on croyait. On seraitvpresque déçus du coup…

Après ça, c’est 15 miles de descente interminable dans eau jusqu’à un robinet dans la vallée. C’est l’enfer : plus on descend, plus il fait chaud et 15 miles c’est hyper long. En fin d’après-midi, je double un autre Français qui lui aussi a droit à sa dose de commentaires sur le forum dont je parlais l’autre jour mais lui, sans doute parce que c’est un mec, il s’en sort plutôt pas trop mal. Je dois dire que je suis toute contente de le doubler même si ça ne dure pas longtemps et qu’il me rattrape à l’arrivée. 

Arrivés en bas on appelle un trail angel, Dennis, qui offre de venir nous chercher et nous amener chez lui pour passer la nuit. Fait dire que y a pas foule d’options piur le camping dans le coin… Mais avant, il faut encore faire 4 miles pour arriver à l’autoroute où Dennis vient nous récupérer. 4 miles au pas de charge, dans le sable puisque nous revoilà dabs le désert. A un moment, je lève le nez pour regarder passer un de ces interminables trains de marchandises et… je trébuche et je tombe, cette fois, sans me blesser…

On arrive enfin à l’autoroute. Sous le pont, comme un mirage, y a du trail magic : du coca et des bières fraîches. Alleluia !! Dennis arrive un peu après dans un vieux pick up bleu et on grimpe à l’arrière. « Freedom is a ride in the back of a pick up truck ». Il nous amène chez lui à Cabazon. On retrouve Bee et Matthias ainsi qu’une bonne douzaine d’autres hikers. Mais on n’est pas venus là pour papoter. On prend un Uber pour aller chercher des burgers au In-N-Out. Le In-N-Out, c’est comme un McDo qui n’existerait que dans l’ouest du pays. Et officiellement, c’est les meilleurs burgers de fast-food du monde. Ou du pays mais ne chipotons pas. On s’entasse donc à 5 dans la voiture et on file au In-N-Out. En faisant la queue pour commander,  les gens nous regardent : on est dégueu et on s’en rend même plus compte… On revient manger à la maison (c’était pas vraiment la peine d’en faire des caisses sur les burgers : ça vaut n’importe quel McDo…) puis on se couche dans le jardin en rang d’oignon. Ce soir c’est cowboy camping.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s