PCT Day 68 : Grumpy

du Mile 1367 au Mile 1388

Ce matin, on n’a que 6 petits miles pour arriver à Old Station, un petit morceau de civilisation sur le bord de la route. On s’y arrête pour prendre le petit déjeuner au JJ’s Café et surtout pour se mettre à l’abri de la chaleur encore écrasante aujourd’hui. On traîne un peu allongés dans l’herbe derrière la station service. Aujourd’hui encore, l’ambiance dans le groupe est à l’orage… on n’a pas tous envie de faire de grosses journées et en même temps, il commence à être temps d’accélérer : this trail is not gonna hike itself

On arrive tout de même à se mettre d’accord sur le fait qu’il fait bien trop chaud en milieu de journée pour grimper sur le Hat Creek Rim et on se réfugie dans une grotte pendant quelques heures. Il y fait 8 degrés et ça aide les esprits à se calmer…

On repart dans l’après-midi. Le trail n’est pas si difficile que ça après tout mais c’est vraiment la chaleur qui est difficile à supporter. On avait convenu de camper près d’une des rares sources du coin. Mais la source est en fait à près de 400 pieds en contrebas du trail au bout d’un petit chemin en épingle particulièrement escarpé. Et pas moyen de camper au pied de la source. Autant dire qu’on n’a finalement aucun des avantages à être près d’une source. Et puis il est encore tôt et les journées sont maintenant vraiment longues. Il ne fait pas nuit avant 21h. Après de longues tergiversations et un brin de diplomatie, tout le monde finit par convenir de faire 5 miles de plus (on en avait fait que 15) et de camper près d’une tour de télécommunication sur la crête. En plus, ça nous permettra de ne faire que 20 miles demain au lieu de 25…

Du coup, on se remet en route après avoir avalé un rapide dîner et maintenant que la chaleur tombe, on se rend compte que le sentier est vraiment sympa : on longe la crête avec une superbe vue sur la vallée en contrebas tandis que le soleil se couche embrasant le ciel. Même ceux qui râlaient à l’idée de faire les 5 miles supplémentaires finissent par admettre que ça valait carrément le coût.

Alors qu’on monte les tentes dans la pénombre, on aperçoit une biche un peu curieuse qui nous observe à quelques mètres. On se réfugie dans les tentes alors que les moustiques prennent le pouvoir et on dine chacun derrière notre moustiquaire. J’ai la flemme de préparer à dîner alors j’avale de grosses poignées de trail mix enroulée dans mon sac de couchage.

Demain, ce sera air conditionné et town food : on retourne en ville.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s