PCT Day 133 : Tu pleux ou tu pleux pas ?

du Mile 788 au Mile 803

Il y a eu beaucoup de vent pendant la nuit. Les ombres des arbres que la lune projetait sur ma tente ont disparu bien vite avec les nuages qui s’amoncellent. On se réveille à 6h mais il fait encore nuit, le soleil se lève à peine.

Les bear canisters n’ont pas bougé. On les avait mises à bonne distance. Au cas où…

Les prochains jours dans la Sierra vont tous se ressembler : grimper un col, descendre de l’autre côté et recommencer… Alors pour ce matin, on grimpe vers Glen Pass. Les switchbacks n’en finissent pas et on est à bout de souffle. En plus il fait vraiment beaucoup plus froid maintenant et le vent s’arrange rien. Mais la vue d’en haut vaut largement l’effort. Les sommets s’étalent à 360 degrés autour de nous. On se sent seuls au monde…

La redescente est longue et difficile dans les cailloux qui glissent ou se décrochent et avec beaucoup de marches hautes. Rapidement, mes genoux sont en vrac. En plus, on n’avance pas : seulement 5 miles en 3 heures. Et pour couronner le tout, on voit de gros nuages bien noirs qui arrivent en face. Je râle…

À 13h30, alors qu’on est au point le plus bas de la journée, on se retrouve devant une rivière qu’on doit traverser sur un pont suspendu fait de câbles métalliques. Le tonnerre se met à gronder et on voit même quelques éclairs. On décide de s’arrêter là et de monter les tentes bien qu’on ait seulement fait 12 miles. Pas question de se retrouver à découvert ou au col pendant un orage. La pluie commence à tomber.

Le temps de déjeuner à l’abri, la pluie s’arrête et le soleil pointe même son nez. Spider dit qu’il faudrait continuer mais Lucie et moi, on en a marre et franchement, on est pas hyper rassurées… La tension monte un peu dans notre petit groupe. C’est vrai qu’il n’est que 15h et qu’il nous reste beaucoup de chemin à faire. On finit par plier les tentes mouillées et on repart. Je râle toujours.

On ne fait que 3 miles de plus. La montée est difficile à cause des marches un peu hautes mais c’est nettement moins douloureux pour les genoux. On se retrouve à un campsite abrité sous les arbres alors que nuages noirs reviennent et que les éclairs se remettent à illuminer le ciel. C’est sûr, c’est beau. Mais c’est un peu flippant tout de même…

À 19h, l’orage finit par péter et on se réfugie sous les tentes pendant que la pluie se met à tomber. Demain, il faudra faire minimum 17 miles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s