Aller à Siem Reap…

… et prendre une jolie teinte écrevisse.

Avant de vous raconter à quel point Angkor c’est beau-grandiose-magnifique-trop-bien-ça-déchire, il faut que je vous parle de « la plus belle croisière de tout le pays »…

Rappelez-vous, j’étais à Battambang, à 170kms de là. J’avais décidé qu’après la journée de bus, j’allais faire la journée de bateau. Mais on me l’avait super bien vendue, hein ! « La plus belle croisière de tout le pays » ! C’est pas rien quand même ! Ça vaut le coup d’y passer un peu de temps ! Alors, pleine d’espoir et les batteries de mon appareil photo chargées à bloc, je suis montée à 6h30 dans le minibus de l’hôtel qui nous emmenait au port. Au port ??? Plutôt un genre d’embarcadère en bambou qui descendait dans une rivière boueuse au bout duquel se trouvait attaché un petit bateau qui ressemblait à ça :

speed boat

Bon. Y avait déjà quelques personnes dedans mais rien de bien méchant. L’équipage nous fait mettre tous les sacs sur le toit et puis nous dit de nous asseoir nous aussi sur le toit, tiens. Parce qu’en fait, des gens, il en arrive des tas. Et tout le monde monte à bord. Avec des cartons, des couvertures, des poules, des sacs de riz, bref, on doit être 60 là-dessus avec 12 gilets de sauvetage. Mais c’est pas bien grave parce que les gilets de sauvetage, on va pas en avoir besoin. On est en pleine saison sèche, il a pas plu depuis presque 4 mois, la rivière est au plus bas, y a 80cms d’eau, le bateau ne peut pas se renverser, il touche déjà le fond…

Y a donc une bonne quarantaine de personnes entassées dans le bateau et on se retrouve à 20 sur le toit avec tous les sacs, assis en tailleur et on part… Notre boat people avance à 2 à l’heure parce qu’il faut faire attention que le bateau ne racle pas trop le fond quand même et puis ça prend du temps et c’est compliqué de croiser les autres bateaux parce que si y a 80cms de fond, y a à peine 3 mètres de large.  On tangue dangereusement, à chaque virage, on s’accroche à ce qu’on peut. Les pêcheurs sont debout dans la rivière, ils ont de l’eau à la taille, c’est rassurant. La matinée passe donc doucement. Par hasard, la quasi-totalité des personnes sur le toit sont des touristes français. On commence donc à discuter (faut dire qu’on a un peu de temps devant nous), on essaye de s’installer le mieux possible (« oh ! pardon ! j’ai pas fait exprès de mettre mon pied dans ton oreille mais là, faut vraiment que je déplie mes jambes sinon, elles vont tomber… ») et puis on regarde le paysage. Parce que si on est tous là, c’est bien pour ça. Et c’est vrai, ça vaut le coup. On traverse de petits villages flottants (enfin, qui doivent flotter en saison des pluies), des champs, des rizières, des tas d’enfants nous font coucou depuis les berges, bref, c’est beau.

A partir de 11h, on commence à moins rigoler. Il fait 40°C et on est condamnés à rôtir sur le toit de notre rafiot. Mais de toute façon, il est pas question de piquer une tête dans la rivière à moins de vouloir attraper une vraie bonne grosse maladie (même les poissons sont morts, ils flottent… d’ailleurs, y a aussi un chien qui flotte…). Alors, c’est un déluge de crème solaire et puis advienne que pourra.

La rivière est vraiment basse et on est vraiment très trop chargés. Du coup, c’est pas 8 heures qu’on va passer pliés en 14 sur ce bateau… c’est 10 ! Alors certes, hein, c’est beau… mais pour pouvoir s’émerveiller, faut pas avoir le dos, les genoux et les fesses qui hurlent tous en même temps « laissez-nous descendre de ce bateau !!! » Autant dire que quand on arrive enfin à l’embarcadère, c’est la ruée sur le ponton.

Mais là, j’ai encore bien joué. La guest house où je vais passer les 2 prochains jours m’a envoyé un tuk-tuk. Et à peine le temps de poser le pied à terre, je suis déjà repartie, direction Siem Reap. Oublié mon mal de fesses (de toute façon, ça fait plusieurs heures que je les ai jetées par-dessus bord), passons à la préparation et à l’organisation de la visite des temples d’Angkor !

Photos ici.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s