AL & the city

NDLR : Comme chacun sait, j’écris maintenant un près de 2 mois de retard… Non, je n’en suis pas fière et non, je n’ai aucune excuse. La faute au temps qui passe et qui ne revient pas sans doute…

Je suis donc New Yorkaise. Je veux dire, pour une fois, je peux dire « J’habite ici ». Pour de vrai. My current address est à Manhattan. Et rien que ça, ça suffit à me plaquer un sourire sur les lèvres quand j’ouvre les yeux. Même quand c’est à 2h du mat alors qu’une ambulance vient de passer devant ma fenêtre, en trombe et toutes sirènes dehors.

DSC00380

Je ne prends plus de plan quand je sors, je sais maintenant repérer au premier coup d’œil où est le nord, le sud, l’est et l’ouest (le minimum vital quand vous voulez un tant soit peu vous orienter dans cette ville) et j’ai ce qu’on pourrait appeler une relation suivie avec le marchand de bagels au coin de ma rue. Et rien ne saurait me rendre plus heureuse.

Ca fait donc 5 semaines que j’arpente les trottoirs du paradis. Oui, pas la peine de faire semblant. Ici, c’est le paradis. There’s no place like New York City. Et sur mon échelle des villes qui déchirent leurs races (non Maman, ce n’est qu’une façon de parler, mon niveau de langage n’a rien de scandaleux, la langue française est riche et il faut en explorer les infinies possibilités), celle-ci est de loin celle pour laquelle je vendrais ma mère justement (… non Maman, c’est toujours une façon de parler, j’ai pas mis d’annonce sur Le Bon Coin…).

DSC00703

Alors qu’est-ce que j’y fais ? Parce que c’est pas comme si c’était la première fois que s’étalaient sous mes yeux ces files ininterrompues de taxis jaunes qui font jaillir des gerbes d’eau à chaque virage, ces buildings qui lancent vers le ciel leurs pointes conquérantes, ces néons clignotants qui illuminent si fort Times Square qu’on ne sait plus s’il fait jour ou s’il fait nuit, ces trottoirs gris où des milliers de gens se croisent en se frôlant à peine de jour comme de nuit également et ce ciel au bleu si particulier comme si ici, tout était légèrement plus intense qu’ailleurs.

Et bah… pas grand-chose en fait.

Déjà, pour la première fois depuis 14 mois, je n’ai plus à penser à « la prochaine étape ». La prochaine étape, ça fait un moment qu’elle est définie et sincèrement, mieux vaut ne pas trop y penser.

Pour la première fois depuis 14 mois, j’ai MA salle de bain. Où je peux laisser ma brosse à dents sur le rebord du lavabo, mon shampoing dans la douche et mon pyjama traîner par terre sans craindre ni disparition ni rapatriement sanitaire.

Pour la première fois depuis 14 mois, j’ai une boîte aux lettres. Et j’y reçois du courrier.

Pour la première fois depuis 14 mois, je suis en terre connue. Et ça change tout.

D’abord je retrouve mes petites adresses. Le meilleur bagel, le meilleur cookie, le meilleur burger, la meilleure pizza, la meilleure crack pie… Si, je crois qu’ils mettent vraiment du crack dedans vu le niveau addictif de cette petite cochonnerie…

DSC00386

Que celui qui dit qu’on ne mange pas bien dans cette ville déguerpisse loin de ces pages ! Rien ne vaut un festin de canard laqué pékinois mais quand même ! C’est bien simple, je pourrai passer la journée à manger en flânant d’un bout à l’autre de Manhattan. Il n’y a qu’ici qu’on trouve du dhal aussi épicé qu’à Delhi, des xiao-long-bao aussi savoureux qu’à Shanghai, des tempuras aussi légers qu’à Tokyo, des laksas aussi parfumés qu’à Kuala Lumpur, des chicharrones aussi croustillants qu’à Lima et des croissants au beurre. En cherchant bien, je suis même sûre qu’on peut trouver des petites brochettes d’hippocampe. Osez me dire que votre estomac a jamais été plus à la fête ailleurs…

Une fois que j’ai englouti 6000 calories, faut bien se bouger un peu. Et j’ai beau avoir acheté une Metrocard et connaître les gros rats qui peuplent les couloirs du métro par leurs prénoms, c’est bien en usant mes semelles sur les trottoirs et en sautillant élégamment par-dessus les flaques que je me sens encore plus from the city.

Alors je marche. Au nord, au sud, à Brooklyn, à Williamsburg, à Staten Island, le nez en l’air, les mains enfoncées dans les poches et un bonnet vissé sur la tête. Ah oui. Parce qu’il fait froid hein, quand même… Mais loin de moi l’idée de me plaindre ! (Et puis, c’est franchement pas le genre de la maison, hein ? Tout le monde en conviendra…) Honnêtement, qu’y a-t-il de mieux qu’une belle journée d’hiver avec le froid qui vous mord les joues, le ciel bleu perçant, le soleil qui vous fait plisser les yeux et les écureuils de Central Park qui se courent après dans les feuilles mortes ? Je vous le dis, rien.

DSC00294

Alors bien sûr, le temps de quelques jours, j’ai rejoué à la touriste avec mon père qui est venu découvrir la Grosse Pomme et son trognon pourri. Oui, parfois, la ville est moche. Mais d’un moche joli. Touchant. C’est difficile à expliquer. Et chacun perçoit la ville à sa manière, chacun y voit des choses différentes, certains en tombent amoureux, certains y sont déçus mais personne n’y reste indifférent.

Et puis le reste du temps, j’ai juste respiré, j’ai essayé de me fondre dans ces avenues interminables, ces groupes d’étudiants autour de Columbia, ces épiceries à chaque coin de rue, ces Upper East Siders qui promènent leurs chihuahuas dans des poussettes, ces enfants qui courent à perdre haleine sur les pelouses de Central Park, ces innombrables immigrés qui font résonner autant de langues dans le capharnaum urbain, ces touristes qui hésitent sur la direction à prendre, un guide à la main, ces types grimpés sur des échelles en train de rendre la ville encore plus jolie, les annonces incompréhensibles des conducteurs de métro, cet art et cette manière de boire son café en marchant sans se brûler, ces bavardages avec la fille qui vous fait une manucure, ces ballons qui flottent dans les airs pour Thanksgiving, ces écureuils qui viennent quémander des miettes de cookies à Madison Square, ces parfums, ces odeurs qui vous transportent ou vous prennent à la gorge quand on s’y attend le moins, ces sirènes qui hurlent à tout bout de champ, ces flics dans leurs grosses voitures qui se garent en double file pour aller chercher des donuts, ces marchés de Noël où on vous fait goûter du chocolat « à ne surtout pas croquer », ces homeless qui ont le regard aussi triste qu’ailleurs et qu’on évite soigneusement de regarder dans les yeux justement, la musique, les rires, les pleurs, les cris, les klaxons, le Christmas Tree qui scintille, les feuilles mortes dans lesquelles je danse et le thé que je bois à petites gorgées en regardant le monde depuis ma fenêtre…

DSC00285

Bref, j’ai marché, je me suis perdue, retrouvée, J’ai absorbé la ville par tous les pores de ma peau et j’ai réalisé que non, je n’avais pas une chance extraordinaire. J’ai fait des choix. Des choix qui me rendent heureuse, vivante, légère, enthousiaste, confiante, optimiste, déterminée.

Je ne sais pas de quoi demain sera fait (alors là… pas la moindre idée !) ni où mon chemin continue mais une chose est sûre, New York… c’est chez moi.

DSC00372

Photos ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s