La Platinium

Mesdames et Messieurs… aujourd’hui est un grand jour… aujourd’hui est le jour où après plus d’un millier d’heures à courir les couloirs d’aéroports, à dormir sur les chariots à bagages et à traîner avec les touristes en crocs-chaussettes au duty free, j’ai enfin accès… au Air France Lounge… (ooooooh… air ébahi, extasié, avec une pointe d’envie, choisissez votre poison)

« Mais comment ? » vous demandez-vous ! « Ah ! » vous vous dites, « c’est MSF qui lui paye tout… ». Alors là, je vous arrête tout de suite ! MSF me paye rien du tout ! Enfin, si, évidemment, MSF me paye le billet d’avion mais en classe éco-prends-le-RER-pour-aller-à-Roissy-et-merci !

« Ah mais je sais », vous dites-vous encore, « c’est qu’à force de prendre des avions, elle a fini par accumuler plein de miles et maintenant elle fait partie de ces gens-là… » Et bah non ! Encore raté ! C’est vrai que depuis le temps, j’aurais pu m’inscrire à un programme de fidélité quelconque. Et figurez-vous que je l’ai fait mais douée comme je suis, y a un truc qui a merdé quelque part et mon numéro Flying Blue ne fonctionne pas. Je pourrais passer au comptoir Air France pour régler la situation mais que voulez-vous, quand on est une feignasse de classe internationale on ne se refait pas, et faut croire que c’est un truc qui me passe bien au-dessus puisque ça fait des années que ça dure et que je ne fais… rien.

« Bon alors ! Elle va finir par la cracher sa Valda ??!! » (Kikou l’expression qui dévoile que malgré ton piercing à l’oreille, dans le fond, tu es une grand-mère de 97 ans…) OK, OK… Alors je vous raconte… V’là ti pas (oui  bah maintenant que j’ai commencé…) qu’aujourd’hui, je me retrouve à l’aéroport de Port Harcourt (l’aéroport international de Port Harcourt s’il vous plaît…) et que, pour des raisons de sécurité, j’ai plus de 3 heures à attendre en salle d’embarquement. La sécurité, c’est que le chauffeur devait être rentré à la maison avant la nuit, que la nuit tombe à 18h30 et qu’il y a une heure de route entre la maison et l’aéroport. Je décide donc d’utiliser mon temps à bon escient et de sortir mon ordinateur pour vous raconter quelques drôlitudes dont j’ai le secret et rattraper une infinitésimale portion du retard accumulé sur ce blog. Je suis donc assise sur un banc métallique grinçant au milieu d’un gigantesque hall au bout duquel s’essouffle un (oui, un seul) climatiseur. Alors que je commence à regarder des photos (quoi ? j’ai encore le droit de procrastiner où je veux quand je veux, non ?), quelqu’un s’approche de moi et…

– Excuse me, I do have a Platinium membership and I’d like to invite you into the lounge…
– …
– Well, it’s up to you but I can invite one person and I was thinking maybe you will enjoy the space to work…
– …???!!! (notez la conversation délicieuse que je sers à mon nouvel ami…)
– Well…
– Euh… yes !! It’s very nice of you !! Sure, I’d like that !! (oh my God ! Il croyait que je bossais ! Ça, c’est la veste… je porte la veste MSF… ça bluffe tout le monde, même le mec des passeports…)

Et me voilà à suivre d’un bon pas mon  nouvel ami qui, maintenant que j’y prête attention, sent un peu fort la bière mais bon, on va pas chipoter, il m’emmène au Louuuuuuunge !!!

Il ouvre la porte en verre fumé et… bon. C’est le Lounge de l’aéroport international de Port Harcourt je vous rappelle. Pas Dubaï. Mais quand même, c’est pas si mal : y a un éclairage tamisé, des petits fauteuils en cuir beige, des tasses basses Ikea imitation bois, un bar dans le fond avec alcool et mini-sandwiches à volonté, une ambiance de bar sportif un soir de match (une trentaine d’occidentaux bourrés en train de brailler en renversant des verres) et une hôtesse toute pimpante à l’entrée qui m’accueille avec un immense sourire. Pendant que mes yeux font l’état des lieux, mon bienfaiteur montre sa carte Flying Blue Platinium à la gentille demoiselle qui prend bonne note de nos noms et m’invite à profiter des lieux. Bon. Moi je me dis que quand même, je vais être polie et je vais un peu faire la conversation à mon bienfaiteur, mais non, il m’a déjà plantée devant le bar et est retourné jouer avec ses potes. OK. Bon bah dans ce cas, moi, je monte sur la mezzanine (sous le regard vague mais appuyé de mes co-loungeurs, en même temps, étant la seule clientE des lieux, je suis vaguement mais sûrement une curiosité) et je m’installe dans un petit fauteuil moelleux.

Au bout d’un moment, je redescends discrètement de mon piédestal pour aller m’empiffrer de mini-sandwiches. Vraiment pas terribles. Puis je me fais servir une Vodka Martini aussi. Avec une olive. Manquerait plus qu’une cigarette et…

Dr-No-Dinner-Suit

Bond… AL Bond…

Tout le monde me regarde, personne me parle, je regarde au loin, je joue les mystérieuses… avant de me rendre compte que mon t-shirt est plein de miettes de pâte feuilletée… grande classe.

Mais c’est trop tard, ma décision est déjà prise. Demain matin, en arrivant à Roissy, je file au comptoir Air France régler  cette histoire de carte qui marche pas ! A moi la Platinium !

download

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s