Raju, tuk-tuk driver

Nous voici donc à Mysore (c’est ici), dans le sud du Karnataka, cité royale au passé riche et fastueux, peuplée aujourd’hui de 800 000 habitants et 40 000 tuk-tuks.

(NDLR : nous vous rappelons que toutes les informations publiées sur ce blog sont véridiques et vérifiées…)

Dès notre arrivée à la gare routière, un rabatteur de tuk-tuks nous saute dessus et nous propose de nous emmener à notre hôtel. Bon, il veut nous entasser, nous 3 et nos 6 sacs, dans un tuk-tuk sans coffre donc, on s’énerve un peu et on finit par obtenir un 2ème tuk-tuk pour le même prix (je réfléchis à écrire un guide de la négociation en Inde…).

C’est l’avant dernière nuit de la lune de miel de F. et P. donc, on se fait plaisir et on descend au Royal Orchid Metropole, un très très chouette hôtel historique où le personnel est charmant et la piscine fantastique, nonobstant les paires d’yeux un peu trop curieux qui ne nous lâchent pas une seconde.

Il y a plein de choses à voir à Mysore et comme on n’a pas beaucoup de temps puisqu’on repart le lendemain, on cravache !

Notre chemin croise celui de Raju, tuk-tuk driver, qu’on embauche pour l’après-midi et qui nous promet de nous emmener partout où on voudra. On monte donc en fin d’après-midi à Chamundi Hill visiter un temple où le rouleau compresseur de l’Inde nous rattrape : comme c’est la fermeture, c’est un peu la cohue et on se fait harponner par un Indien bossu et édenté qui se charge de nous faire faire une visite guidée au pas de charge, nous extorquant quelques roupies au passage. Incredible India !, et puis il y a plein de singes partout et la vue sur Mysore est assez impressionnante malgré la brume de chaleur (ah oui, on est redescendu des montagnes, il fait à nouveau 40°C…).

La première mission de Raju était de nous ramener en centre-ville après la visite, mais il nous propose de faire un détour par le showroom gouvernemental de soie de Mysore (car la soie est fabriquée ici et est fort réputée dans le sud de l’Inde). C’est l’occasion de faire un peu de shopping et surtout de rapporter des souvenirs pas trop kitschouilles…

Comme Raju est encore là, on lui demande ensuite de nous emmener dans un bar qui sert de la Kingfisher bien fraîche. Et finalement, comme on le trouve sympa, on lui donne rendez-vous le lendemain matin pour finir la visite de Mysore et nous déposer en fin de journée à la gare routière.

40 000 tuk-tuks, c’est bien, mais la concurrence est rude et le prix de la course est ridiculement bas de ce côté-ci des montagnes. Va falloir trouver un autre marché pour mes investissements futurs…

Photos ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s