Etre seule en Inde… (ben ouais, à un moment, va bien falloir qu’on en parle)

Bon alors… ça fait presque 2 mois que je traîne mes chappals en Inde et je vais vous donner mon avis (qui n’est qu’un avis) sur le fait d’être une touriste en Inde.

D’abord, tu peux avoir l’impression d’être une star… les gens te dévisagent (des fois, dans le bus, ça peut durer 7 heures d’affilée… si, si !), t’interpellent (d’ailleurs, je me demande s’ils n’ont pas été colonisés par les Allemands parce qu’ils disent « Hallo ! » tout le temps… on nous aurait menti ?), veulent te prendre en photo 50 fois par jour , te serrent la main, tu crois que tu es Lindsay Lohan !

Parfois, tu causes des accidents : les mecs se tordent le cou pour te regarder et… paf ! un vélo rencontre une vache ou une moto part dans le fossé… Des fois, t’as envie de rigoler mais tu te retiens et tu continues ton chemin la tête haute et le regard perdu dans le lointain…

Tout le monde te parle (enfin… tous les mecs te parlent. Tous. De 5 à 105 ans. Les filles, elles, elles te sourient. Ou alors c’est qu’elles veulent te vendre quelque chose.). Et la conversation est à chaque fois sensiblement la même : « How are you ? Where are you from ? How old are you ? Are you only ? ». Arrêtons-nous un instant sur cette dernière « Are you only ? »… En fait la veritable question est « Are you alone ? » Ouais… parce qu’une femme qui se balade toute seule, c’est suspect. Et potentiellement, c’est du gibier à chasser.

Alors là, tu choisis :soit tu dis la vérité (« I’m alone, I have no boyfriend, I am not married even if I am 29 and I’m fine, thank you. ») soit tu commences la broderie. Alors bien sûr, au début, je disais la vérité mais j’avais parfois vraiment du mal à me débarrasser de certains de mes interlocuteurs qui se mettaient à m’inviter chez eux ou à vouloir me faire visiter la ville ou à me prendre la main… Alors, rapidement, j’ai compris que si je ne voulais pas passer ma journée à refuser poliment de boire le thé, il fallait que je laisse mon délicieux caractère s’exprimer pleinement et  que je devais parfoisne pas sourire et répondre « No, thankyou » de façon un peu péremptoire.

Evidemment, j’imagine bien que TOUS les Indiens ne voient pas les touristes occidentales comme des morceaux de viande sur un étal du bazaar mais si j’empilais le nombre de gars qui ont manqué avoir un accident parce qu’ils se retournaient pour me regarder, on pourrait faire un tas aussi haut que la tour Eiffel. Et encore, je ne me balade pas en mini-short.

On peut quand même noter que le phénomène est plus marqué dans le Nord que dans le Sud de l’Inde, excepté au Ladakh où ils s’en foutent complètement et où tu retombes dans l’anonymat le plus complet.

Et ça fait partie des trucs qui rendent l’Inde parfois un peu agaçante. Ca, et le fait que quand quelqu’un te parle, tu ne sais jamais si c’est pour t’extorquer quelques roupies ou juste discuter simplement.

Mais tout ça n’empêche pas de faire de belles rencontres comme certains tuk-tuk drivers (comme Amar au Rajasthan), certaines familles avec qui tu partages une couchette dans le train ou certains chauffeurs de bus. Ils te prennent alors sous leur aile et tu peux passer de très chouettes moments.

Moralité, être seule en Inde, ça prend du temps (bah ouais, quand tu poses pour les paparazzis à chaque coin de rue, ça ralentit ta moyenne) mais c’est pas difficile. Il suffit de faire confiance à son instinct et il faut quand même le dire, la majorité des gens est quand même very friendly.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s