La tranquille Suzhou

J’ai donc repris mon train-train quotidien. Enfin juste le train. 30 minutes. Et me voici à Suzhou (prononcer Soudjo avec le « d » très léger), dans le Jiangsu.

Fondée il y a quelques 2500 ans, Suzhou, peuplée de marchands et d’artisans, prospéra comme centre de transport fluvial et de stockage des céréales après l’achèvement de la construction du Grand Canal dans les années 600 (qui était vraiment le plus long du monde puisqu’il serpentait sur près de 1800kms entre Beijing et Hangzhou et reliait le Fleuve Jaune et le Yangzi. Maintenant, il est pour partie ensablé et n’est quasiment plus navigable). Au XIVème siècle, Suzhou était devenue la première ville productrice de soie du pays. Riches marchands, aristocrates, hédonistes, érudits, acteurs et peintres célèbres vinrent s’y installer, faisant construire villas et jardins. D’ailleurs, ces jardins constituent aujourd’hui le principal attrait de Suzhou. Sur la centaine qu’elle comptait autrefois, il n’en reste qu’une poignée, dont certains remontent à plus d’un millénaire. Ils sont disséminés dans la vieille ville, entre les canaux qui ont donné à Suzhou sa réputation de « Venise de l’Orient ».

Et puis après les 19 millions de Shanghaiotes, ici, on frôle à peine les 10 millions d’habitants, c’est donc une certaine douceur de vivre que je suis venue respirer. Et puis c’est l’étape luxe de la Chine. Ici, j’ai droit à un vrai hôtel, avec ma chambre et ma salle de bain rien qu’à moi et avec une baignoire en prime. Bon, faut bien que je râle un peu, mon histoire d’amour avec mon 5 étoiles a mal démarré : ils m’ont arnaqué sur le prix de la chambre (c’est nouveau, les taxes de séjour c’est 33% du prix de la chambre maintenant… à rajouter en supplément bien sûr…), la chasse d’eau fuyait, la connexion internet ne fonctionnait pas, y avait pas de chauffage la première nuit et c’est le palais des courants d’air (puis il fait que 0°C dehors, de quoi je me plains ?) mais sinon, au bout de 24 heures, on a réussi à s’entendre (sauf sur le prix de la chambre) et maintenant, le personnel est aux petits soins… (je te raconte pas ce qu’ils doivent se raconter en chinois derrière mon dos…)

Et puis tout le chemin est balisé puisque ma mère et mon frère sont venus ici il y a 2 ans et que la liste des choses que je dois ab-so-lu-ment faire est 3 fois longue comme mon bras. Mais en Chine, 2 ans c’est 2 décennies à Paris. Pendant ce temps, ils ont construit le métro, détruit puis reconstruit le quart de la ville et c’est même pas la peine espérer retrouver un petit resto sympa au fond d’une ruelle, il a déjà été remplacé 3 fois par une boutique de fringues, une boutique de mobilier et à nouveau un resto. En Chine, on n’est pas là pour enfiler des perles…

Le truc à visiter donc à Suzhou, ce sont donc les jardins. Et flâner le long des canaux. Et ça, je commence à savoir faire. Et puis comme il fait beau à nouveau, c’est plutôt agréable de se chauffer au soleil d’hiver en regardant passer les bateaux et en comptant les carpes. Il y a donc : le jardin de l’Humble Administrateur (vu la taille du jardin, on me dira ce qu’il avait de « humble » cet administrateur… ça avait plutôt l’air d’être le « corrompu » administrateur…), le jardin du Bocage du Lion (je n’invente rien, la Vendée n’a qu’à bien se tenir !), le jardin où s’attarder (une ancienne maison de repos pour personnes convalescentes), le jardin du Couple (où t’es pas obligé de venir en couple), le jardin du Maître des Filets (parce que le fonctionnaire qui avait créé le jardin est devenu pêcheur après avoir pris sa retraite… sacré fonctionnaire !), bref, tout ça, c’est très joli mais on finit un peu par tous les confondre !

Alors pour changer un peu, j’ai pris le bus (un jeu d’enfant pour moi maintenant !) et je suis allée à Tongli. Tongli, une petite ville de canaux avec des jardins… MAIS… à Tongli, il y a aussi le Musée de la Culture Sexuelle Chinoise… (je sais, ça fait rêver…) Bah quoi ! Un peu de culture, diantre ! Bon. On s’emballe pas, c’est rigolo mais c’est pas non plus si osé que ça. Et puis, depuis quand une pagode est-elle devenue un symbole phallique ?

Puis sinon, à Suzhou j’ai vu un rocher en forme d’hippopotame qui fait une arabesque (bah oui, pourquoi ?), Chang Di Caprio qui vend des pattes de poulet (le vendeur chantait la chanson de Titanic à plein poumons par-dessus Céline Dion… je m’étonne qu’une catastrophe naturelle ne nous soit pas tombée dessus), et j’ai eu envie de hurler au moins 50 fois « C’est pas la tête qui plonge dans l’assiette, c’est la fourchette qui monte !! ». Mais ça… c’est peine perdue…

Le seul bémol dans le coin, justement, c’est la bouffe (bah quoi ? j’en avais pas parlé jusque là !). Beaucoup moins sympa, obligée parfois de faire plusieurs restaurants pour manger un truc comestible. Pas beaucoup de street food et si tu veux dîner après 19h, c’est la mission. Mais j’ai quand même réussi à manger dans un resto où y avait pas de carte en anglais et pas de photos pour m’aider… (je ne savais pas ce que j’allais manger jusqu’à ce que le serveur pose mon bol sur la table… tiens ! du poisson dans mes nouilles !) et je me suis fait une copine dans un resto où tu dois choisir tous les ingrédients que tu mets dans ton wok (évidemment, la liste est en chinois, c’est bien plus marrant).

Et puis, je vais vous écourter mes tergiversations mais finalement, je ne vais pas aller à Hong-Kong et j’ai donc passé un peu de temps à réorganiser les 2 prochaines semaines. Bah quoi ? Faut bien que j’en laisse un peu pour la prochaine fois !

Enfin voilà, le Jiangsu, c’est fini ! Demain, direction Hangzhou, un poil plus au sud dans le Zhejiang. Et le retour à la vraie vie, avec les chaussettes de ton voisin de dortoir qui traînent au pied de ton lit…

PS : Pour ceux qui ont l’œil qui frise depuis que j’ai évoqué le Musée de Tongli… je vous ai mis 1 ou 2 photos ici… Petits galopins, va !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s