Gauliard Tour in Perù !!

En ce lundi matin mon réveil sonne à 3h45. Mais pourquoi ? Et bien parce qu’à 4h15, je dois prendre le taxi pour aller à l’aéroport. Mais pour quoi faire ? Et bien pour aller accueillir comme il se doit Gauliard Tour qui débarque à Lima à 5h. Oui, effectivement, on n’a pas idée de prendre un vol qui arrive à 5h du matin…

Et ouiiiii ! Pour la première fois dans son histoire, Gauliard Tour s’exporte ! Bon, la logistique n’est pas encore complètement au point, le décalage horaire n’est pas encore complètement maîtrisé et le passage de la douane leur prend près d’une heure mais les voilà !! Gauliard Tour me rejoint au Pérou pour 3 semaines et on n’est pas là pour enfiler les perles.

Dans le Metropolitana - Lima

Dans le Metropolitana – Lima

D’ailleurs, à peine le temps d’avaler un café au Starbucks de l’aéroport, Jaime vient nous chercher. Jaime, c’est un contact d’Anne qui fait du business avec des asperges. Comme il est très sympa, il nous consacre sa journée et va nous emmener manger, visiter une plantation d’asperges et de clémentines où on fait aussi des tests de dynamite (oui, on peut tout faire dans le même champ, c’est pas un problème), visiter une usine de conditionnement d’asperges et d’avocat, manger, et nous ramener à la maison. Jaime, il est rigolo. Il passe son temps au téléphone, à acheter, expédier et vendre des asperges en même temps qu’il conduit d’une main à 160km/h et il boit de l’Inca Cola avec son ceviche. En tout cas, grâce à lui, on découvre que l’asperge est une spécialité du pays et mettre les asperges en bottes, c’est un métier.

Jaime, il a vécu dans le sud de la France quand il était jeune (il est pas très vieux, hein, il a 40 ans et du coup, il parle français, ça aide), puis il est retourné au Pérou, il a flairé le bon filon des asperges (parce que les Péruviens, eux, ils en mangent pas des asperges, ils les font pousser seulement) et il est devenu trafiquant d’asperges. Il nous raconte le Pérou d’il y a 20 ans, l’inflation galopante, le terrorisme, le Sentier Lumineux, comment l’industrie agro-alimentaire essaye aujourd’hui de se placer comme exemple au niveau mondial, et pourquoi on n’envoie pas les asperges par avion à l’autre bout du monde. On rigole bien, ça change des visites habituelles de musées et moi, ça me permet de me rappeler comment on met une blouse et une charlotte… souvenir, souvenir…

Bref, pour fêter l’arrivée de Gauliard Tour à Lima, le soir, on s’est fait un dîner de rois : saucisson fraîchement importé sous le manteau, camembert coulant à souhait et un peu d’avocat pour donner une touche exotique à tout ça… que du bonheur !

Le lendemain matin, on est allés visiter le centre (enfin re-visité en ce qui me concerne) de la ville et papoter avec les gardes qui s’ennuient devant le Palais du Gouverneur.

Devant le Palais du Gouverneur - Lima

Devant le Palais du Gouverneur – Lima

Puis, comme j’en n’avais pas encore marre du Punto Azul, on est allé manger des fruits de mer accompagnés d’une délicieuse plâtrée de riz. Et à force de traînasser, traînasser et traînasser encore, on a bien failli pas trouver de bus pour nous emmener à Paracas. Oui. Parce que Lima c’est bien mais pas tant que ça non plus. Alors on n’y a pas trop traîné et après avoir écumé les compagnies de bus, on a fini par en trouver une qui nous a conduit à Paracas, quelques 3 heures et 270kms plus au sud le long de la côte.

Et qu’allaient-ils donc faire à Paracas ? Ça, c’est l’histoire de demain…

Photos ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s