Chine – le bilan

4 250kms parcourus et 78 heures de train, 7 heures de bus, 11 heures de voiture et 4 heures de vélo.

Prix d’un lit dans un dortoir : 50 yuans (soit 6 euros)

Prix d’un repas : 10 yuans dans la rue et 100 yuans dans un vrai resto (entre 1 et 10 euros quoi !)
Prix d’un McDo : 27 yuans (soit à peu près 3 euros)
Prix d’une bouteille d’eau de thé vert : entre 3 et 5 yuans



Ce qui va me manquer : la lumière du soleil d’hiver, les brochettes de nèfles caramélisées, les biang biang lamiàn, la cuisine ouïgoure, la street food en général, les chats chinois, les jardins, les tortues, les pics karstiques (mais je vais en voir plein d’autres), la musique dans les trains, les hommes qui chantent de l’opéra, la Grande Muraille, les bols de nouilles déshydratées à emporter dans le train.



Ce que je ne vais pas regretter : l’odeur du chou dofou (traduction littérale de tofu qui pue…) qui te prend par surprise au coin de la rue, le frisson dans le dos quand quelqu’un vomit se racle la gorge derrière moi, les bonnes manières des Chinois (celui qui se tripote les orteils à table, celle qui se cure le nez et s’essuie les doigts sur le rayon des dentifrices, ceux qui éternuent, bâillent, rotent sans mettre leurs mains devant leurs bouches, celui qui se rase dans le train au milieu du wagon, celle qui crache ses coques de graines de tournesol par terre dans la chambre de la youth hostel), l’épais brouillard du Sud.

 
La phrase qu’il fallait retenir : 油炸饺子吗 ? (Frits ou bouillis vos raviolis ?)
 
Bon alors, quoi penser de la Chine ?
En ce qui me concerne, ça a super bien démarré. Faut dire qu’après 3 mois chez les Indiens, ça avait un petit côté simple et reposant qui n’était pas pour me déplaire… Puis au bout de quelques temps, le manque de contact avec les Chinois a commencé à peser un peu. C’est vrai, ils sont pas envahissants, pas agaçants, limite, c’est à peine s’ils te regardent. Mais, du coup, on a du mal à communiquer.  Je crois sincèrement que les Chinois parlent beaucoup plus anglais qu’ils ne laissent le penser. C’est juste que comme il est hors de question de perdre la face (question de principe), ils n’osent pas parler et du coup, ils préfèrent ignorer le lawai.


Les Chinois sont surprenants. Enfin, plein de choses sont surprenantes en Chine. Du bon comme du moins bon. Par exemple. Ils dansent dans les parcs. Il y a 15 vendeurs dans chaque minuscule boutique alors qu’un seul suffirait. Les bébés portent des pantalons fendus aux fesses et donc se les gèlent (les fesses). Ils adorent les pattes de poulet. Les femmes portent des manchettes avec des élastiques à chaque bout sur leurs manteaux. Les filles sont en micro-short partout tout le temps. Les coiffeurs sont tous des hommes. Ils peignent  les troncs d’arbres en blanc. Ils hurlent (littéralement) dans leurs téléphones portables. Ils installent  des machines à rayons X à l’entrée des gares mais y a personne pour regarder l’écran.
 
Pour le côté un peu décevant je dirais… les sites touristiques (excepté la Grande Muraille). Peu de choses à voir (en même temps, ils ont tout démoli pendant la Révolution Culturelle) et peu de sites adaptés aux non-chinese speakers. Cela étant dit, je ne suis pas beaucoup allée à la campagne et je ne suis pas allée partout, y a peut-être des trucs très intéressants à voir dans les autres provinces. Parce que c’est ça le problème en Chine. C’est tellement grand et tellement varié du Nord au Sud qu’il faudrait 6 mois pour en faire le tour. Et j’ai vraiment pas l’impression d’en avoir eu une vision exhaustive.
 
Et puis y a eu LA révélation. La cuisine chinoise… Je veux dire, la vraie cuisine chinoise. Pas celle que tu manges à Paris. Non, non. Celle-là, j’aime toujours pas. Mais ce que tu manges ici… c’est juste fantastique. Et c’est fantastiquement pas cher aussi. D’ailleurs, ça aussi, c’est surprenant. Comme se fait-il que la nourriture soit si peu chère ? Et surtout, pourquoi ne peut-on pas avoir la même chose chez nous ?

Bref, c’était bien sympathique cette petite virée chez les canards laqués. On en referait bien une, tiens ! Maintenant que je sais compter sur mes doigts (jusqu’à 10 hein, après, c’est foutu !), je suis sûre de pouvoir me débrouiller partout !

Et puis j’ai entendu dire que dans 50 ans, la France aura été rachetée par les Chinois. Aucun problème. S’ils viennent avec leur street food, je les accueille à bras ouverts.

 
Allez, en cette période festive, je vous fais un petit cadeau : 5 minutes pour vous donner envie de venir chatouiller le menton du Grand Timonier…



Hé… je crois que j’ai fait du bon boulot avec celle-là, je vais en parler à l’Office National du Tourisme chinois, non ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s