Huaraz

Après une nuit en bus plutôt honorable (ne serait-ce un certain piment qui s’est rappelé à notre bon souvenir…), on arrive donc à Huaraz à 6h du matin. Il fait jour mais la ville n’est pas encore réveillée. Notre première mission est de se trouver un hôtel. On avait repéré une bonne adresse dans le Lonely alors confiants et avec l’envie de prendre une bonne douche, il a beau être à peine 6h30, on sonne. Pas de bol, c’est plein. On ne nous ouvre même pas la porte. On tente 2 autres adresses juste à côté mais les tarifs nous semblent vraiment exorbitants et c’est nous qui nous excusons d’avoir réveillé les réceptionnistes de si bon matin. Et puis, à tout hasard, on sonne à l’Olaza Bed & Breakfast. Sûrement pas moins cher que les autres mais le petit déj est inclus et la terrasse sur le toit achève de nous convaincre. Du coup, on pose enfin nos paquetages et on profite du soleil en dévorant nos banana pancakes. Pour un peu, on passerait bien les 4 prochains jours là, à lézarder en regardant les sommets enneigés qui nous entourent.

Parce que oui, mesdames et messieurs, nous y voilà, nous sommes en plein cœur de la Cordillera Blanca. Blanca parce que ses sommets sont pour la plupart à plus de 5000m et restent enneigés toute l’année. Et c’est bien pour ça qu’on est là. On a décidé de se mesurer à l’un de ces sommets. Lequel ? On sait pas encore. Tout ce qu’on sait, c’est qu’on veut grimper très haut, chausser les crampons et essayer de pas trop se faire mal. Essayer…

Après avoir bien traîner au petit déj, on se met en quête de trouver une agence pour organiser notre expédition. On doit pas traîner, on pourrait partir dès lendemain, faut être efficace. Le patron de l’Olaza nous fait rencontrer une première agence qui nous propose plusieurs options mais à plus de 100$ par jour et par personne, c’est un peu trop cher à notre goût. Comme Gauliard Tour ne fait jamais les choses à moitié, Anne avait contacté d’autres agences avant de partir. Les tarifs étaient aussi prohibitifs mais on se dit qu’en étant sur place, on devrait pouvoir avoir quelque chose de plus raisonnable. Bref, je vous passe les détails parce qu’il faut penser à tout (l’équipement pour le glacier, les tentes, les tapis de sol, les duvets, le guide, l’assistant du guide, les mules pour trimballer le tout… pfiou ! rien que de faire la liste, moi, je suis déjà épuisée) mais notre choix finit par se porter sur l’agence Monttrek qui nous propose de grimper l’Ishinca en 3 jours pour 270$ par personne tout inclus. Pas donné mais l’agence a l’air sérieuse et l’Ishinca, officiellement, fait partie des sommets « faciles » à 5530m, que même les débutants peuvent y arriver puisqu’il n’y a pas besoin de faire de l’escalade sur le glacier mais seulement de marcher. En plus, comme c’est en 3 jours, ça nous laisse le temps de faire une marche d’acclimatation avant, bref, sur le papier, c’est parfait. La suite des évènements nous prouvera une fois de plus qu’il ne faut jamais vendre la peau de l’ours…

En attendant, on est ravis, on a bouclé notre affaire avant midi et on va faire quelques courses pour les prochains jours. La ville n’est pas folichonne et on a un peu de mal à trouver de quoi se faire un vrai pique-nique mais on finit par dévaliser une pasteleria dans la vitrine de laquelle se battaient quelques empañadas. Après le déjeuner, on se dit qu’on irait bien se balader un peu dans les environs histoire de se mettre en jambes. On passe donc à l’office de tourisme pour savoir de quel côté c’est le plus sympa. Sauf que là, c’est la douche froide. Non, c’est pas vraiment conseillé de se balader dans le coin surtout l’après-midi, c’est même pas recommandé du tout, on pourrait se faire agresser… La gentille madame de l’office de tourisme qui ne veut surtout pas qu’on la rende responsable si elle nous dit d’aller quelque part et que ça tourne mal, finit quand même par nous indiquer un point de vue et une pisciculture qu’on peut aller voir sans risquer notre vie. Wow… sympa… c’est bien la première fois qu’on nous met en garde comme ça et c’est d’autant plus surprenant que Huaraz n’est pas franchement réputée pour être une ville dangereuse. Alors bon, on prend la direction de la pisciculture (qu’on ne visitera pas, c’est tout pourri, on peut très bien s’en rendre compte en jetant un œil par-dessus les clôtures) puis on grimpe dans la direction qui nous a été indiquée pour aller contempler la ville d’en-haut. Sauf qu’on ne trouvera jamais le point de vue et qu’une ville en béton coincée au fond d’une cuvette… ça n’a rien de bien excitant. Bref, on redescend en ville où, après nous être mis d’accord sur le menu du soir, on retourne faire un tour au marché. Ce soir, c’est caldo de gallina. Soupe de poule, pour ceux qui ne sont pas bilingues espagnol. Un peu à notre façon mais la vendeuse de légumes nous aide bien et on finit par dégotter un poulet qui n’a pas l’air d’avoir passé la journée à se faire suçoter par les mouches.

IMG_0366

Le lendemain matin, le réveil sonne à 5h. Aujourd’hui, on va à la Laguna 69. C’est une des marches d’acclimatation qu’on nous a conseillées et il paraît que la laguna est magnifique alors comme on n’est pas là pour enfiler des perles… Normalement on a 3 heures de route pour aller au point de départ de la balade situé à 3900m d’altitude. De là, on doit grimper jusqu’à la laguna, elle-même à 4650m, et revenir à notre point de départ où le minibus nous ramène à Huaraz. Officiellement, on nous laisse 5 heures pour faire l’aller-retour. Sauf que là, ça démarre très fort. Notre chauffeur est passé nous voir la veille pour nous dire qu’il avançait l’heure du départ d’une demi-heure. Pas de problème ! Si ça nous laisse plus de temps pour profiter du paysage, on est d’accord. Du coup, à 5h30 pétantes, on est sur le bord du trottoir à attendre… Attendre… Le minibus arrive enfin et nous voilà partis à faire la tournée des hôtels pour récupérer les randonneurs du jour. Sauf que Pedro, notre chauffeur, est tout nouveau en ville. En tout cas, il doit l’être vu qu’il tourne, tourne et retourne en cherchant chaque hôtel. Moralité… on ne quitte la ville qu’à 7h… Et entre l’arrête petit déj, l’arrêt « Achète ton ticket d’entrée au parc national » et le fait que Pedro est aussi à l’aise à conduire sur la piste qu’à trouver des hôtels au petit matin, on arrive à destination à 11h et je suis à 2 doigts de l’étrangler…

Le point de départ de la balade est en fait le camp de base du Pisco, le sommet le plus populaire du coin qui culmine à 5752m. On traverse donc le camp en slalomant entre les tentes des cinglés qui ont débuté l’ascension au milieu de la nuit et les mules qui broutent tranquillement. Le soleil a beau pointer haut dans le ciel, il fait bien frais et l’altitude nous met rapidement à bout de souffle. Pour autant, on ne se laisse pas démonter et on atteint la fameuse laguna en un peu plus de 2 heures. Et ça vaut le coup…

IMG_0375

En plus, au moment où on arrive, les nuages qui cachaient les sommets s’écartent, le soleil fait éclater le bleu de la lagune et on s’offre une pause pique-nique dans un décor plus qu’impressionnant. Un guide qui se trouvait là avec une équipe de foot nous confirme qu’on a vraiment fait une bonne marche, que c’est parfait avant d’aller à l’Ishinca et que ça va vraiment être du gâteau. Mouais… ça fait plaisir mais ne nous emballons pas. On reste là, allongés devant la lagune un bon moment puis on entame la redescente en se disant que Pedro va râler parce qu’on va être en retard… Mais heureusement, on est loin d’être les derniers. Et comme de toute façon, Pedro ne conduit pas mieux que le matin, on est de retour à Huaraz à 19h passés.

Tout juste le temps de prendre une bonne douche chaude, de jeter une poignée de pâtes dans notre reste de caldo de gallina et hop ! tout le monde au lit ! Demain, on attaque les choses sérieuses…

Photos ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s