Ishinca 1 – Gauliard Tour… 0

Bah oui. On peut pas gagner à tous les coups. Mesdames et messieurs, voici le récit que vous attendez tous, je vais vous raconter aujourd’hui comment une team aussi affutée et aussi bien préparée que Gauliard Tour a été littéralement décimée dans son élan vers le sommet.

En ce 12 juin de l’an 2013, c’est l’estomac plein d’omelette et les yeux pleins d’espoir qu’on arrive à 8h30 au bureau de l’agence Monttrek où on fait connaissance avec notre guide, Willy, et son assistant, Pablo. Willy parle un peu anglais, Pablo pas du tout mais ils ont l’air plutôt sympa et ont préparé tout le matériel pour nos 3 jours into the wild. On les aide à charger tout ça sur le toit de la jeep et en avant ! Aujourd’hui est une journée facile, on a 1h30 de route et 4 heures de marche pour arriver au camp de base de l’Ishinca. La piste qui nous conduit jusqu’au départ du sentier grimpe déjà bien et serpente joliment entre les terrasses et les petits villages paumés. C’est toujours ça de moins qu’on fera à pieds ! Arrivés au sommet de cette première colline, la piste s’arrête et la jeep avec. Il est temps de charger les mules. Bon, en fait, nous, on fait rien. C’est le muletier qui s’occupe de tout et nous, on part sur le sentier en le laissant derrière nous. Pas de panique, de toute façon, il marche 3 fois plus vite que nous et les mules aussi, ils nous rattraperont plus loin. Et avant, on entame la montée jusqu’au camp de base de l’Ishinca à 4300m où on doit passer la nuit… sous tente. Et ouiiiii, mesdames et messieurs ! Toujours plus loin, plus fort, plus vite, jusqu’au bout de l’extrême limite, Gauliard Tour vous l’a promis, Gauliard Tour le fait ! Ce soir, c’est camping à 4300m ! Je vous raconte même pas comment ça m’enchante…

P1050181

Bref, en attendant, il fait beau, il fait chaud et Willy impose un rythme d’enfer que votre serviteuse s’oblige à suivre pour ne pas avoir l’air d’être sous-entraînée. Sauf sur le dernier kilomètre où, là, je décroche… Mais peu importe, on arrive au camp en 3 heures. On est super fiers de nous. Et personne n’a mal à la tête, on est trop bien acclimatés, l’altitude ne nous fait plus rien, demain, on va le bouffer tout cru l’Ishinca ! Et justement, en parlant de bouffer, il est temps de monter les tentes pendant que Willy et Pablo nous préparent un petit goûter… Et il fait bon se réchauffer avec un grand bol de thé autour du réchaud où Willy enchaîne aussitôt avec la préparation du dîner.

Pendant que la soupe mijote, Willy vérifie notre équipement pour le lendemain. Chaussures, crampons, harnais, piolet… tout y passe. Faut dire qu’il vaudrait mieux pas s’apercevoir arrivé au pied du glacier qu’il manque un crampon…

IMG_1771

C’est là que Willy nous annonce la bonne nouvelle. Demain, c’est lever à 1h (oui, 1h, vous avez bien lu), petit déj à 1h30 et départ à 2h… C’est qu’il y a pas loin de 3 heures de marche d’approche (comprenez, avant d’arriver au glacier proprement dit) puis au moins 3 heures sur le glacier pour arriver au sommet. Youpi… Du coup, après avoir vérifié une dernière fois qu’on a bien tout mis dans nos sacs, on dîne et on se couche avec les poules.

Ce qui devait arriver arriva. Malgré tous les vêtements techniques et le soi-disant super duvet en plume d’oie du Canada, je me suis gelée toute la nuit (enfin… toute la nuit. Ça s’est arrêté à 1h mais quand même, je me suis gelée…). Et les ennuis ne faisaient que commencer.

En se retrouvant autour de nos bols d’avoine bouillie (y paraît qu’il y a rien de mieux avant d’aller se flinguer sur un glacier…), Benoit nous annonce que son dîner a refusé de rester au fond de son estomac cette nuit. Et que malgré tout, ça va pas mieux mais qu’il tente l’ascension quand même. A l’heure dite, lampe frontale vissée sur la tête, notre petite troupe se met en branle. Au bout de 30 minutes, on peut clairement dire que 2 groupes se forment. En tête, sautillant dans le chemin et motivés à bloc, Willy, Bob et moi. Et plus loin derrière, à bout de souffle et le bide en vrac, Anne et Benoit. Et Pablo qui ne peut décemment pas les laisser tomber. Rapidement, il s’avère que Anne aussi se bat avec quelques belles crampes intestinales… On finit par décider de se séparer officiellement : nous, on avance (jusqu’où, on ne sait pas encore) et eux, ils vont jusque là où ils peuvent. La marche d’approche durera finalement près de 4 heures (on atteint le glacier au moment où le soleil se lève) et la traversée de la moraine dans un pierrier tout ce qu’il y a de plus glissant entamera sérieusement mon capital essoufflement… Mais ça y est, on y est, on est à 5000m et Willy fixe nos crampons, nous encorde, et nous voilà à escalader un premier mur de neige. Au bout d’une heure à grimper dans des couloirs tous plus raides les uns que les autres, mes poumons m’abandonnent : plus moyen de retrouver son souffle, je surventile comme pas permis, je m’arrête tous les 10 pas obligeant toute la cordée à suivre mon rythme de sénateur… Là, ça ne se joue plus au physique, ça n’est plus que de la volonté. Et la volonté me fera encore grimper jusqu’au col suivant mais pas plus loin. On est quand même à 5300m, il ne reste plus grand-chose mais je m’écroule dans la neige et je n’ose même pas penser qu’il va falloir redescendre…

Mais on n’en avait pas fini avec les emmerdes (et je crois que c’est vraiment le cas de le dire…). Bob décide alors de tenter le tout pour le tout et part avec Willy à l’assaut des derniers mètres pendant que je m’endors comme une masse pendant plus d’une heure. C’était la tentative de trop. Sachez simplement qu’aucun des membres de Gauliard Tour n’a pu atteindre le sommet de ce foutu glacier ! Qu’on a cramé tout ce qu’on avait. Et que la redescente ne fût qu’un long cauchemar le long duquel nous nous arrêtions toutes les 20 minutes pour diverses raisons. La bienséance m’empêche de vous donner les détails scatologiques de cette histoire… Bilan : une étape de plus de 12 heures sans quasiment rien manger (de toute façon, on peut pas dire que ça nous réussissait vraiment), en s’écroulant le long du chemin pour des siestes inopinées et une consommation de papier toilette dépassant toutes les estimations de Willy… qui lui, est resté stoïque du début à la fin, ne faisant même pas semblant d’être essoufflé ni même vaguement fatigué. Il nous serait resté un tout petit plus de force, on l’aurait étranglé…

En revenant au camp vers 15h, Pablo nous confirme ce qu’on pensait depuis un moment : Anne et Benoit sont malades et ont abandonné bien avant d’arriver au glacier. Ils dorment. Et on tarde pas à faire pareil. Etonnamment, je semble beaucoup moins atteinte que les autres par cette intoxication mystérieuse. Mais l’état de Bob s’aggrave et les autres ne sont pas bien vaillants. On se met à soupçonner l’eau de la rivière probablement pas assez bouillie ou peut-être les escalopes de poulet qu’on a mangées la veille. Quoi qu’il en soit, on est bientôt à court de médicaments. Et une autre nuit sous la tente devient inenvisageable. On trouve alors une chambre au refuge du camp (oui parce que quand on a fini de jouer les warriors, on peut aussi dormir dans un vrai lit sous un vrai toit… sans chauffage certes, mais c’est mieux que rien). La nuit sera agitée.

Le lendemain matin, la mission est simple. On doit redescendre et rentrer sur Huaraz. La jeep nous attend là où elle nous a laissés, le sentier est facile, notre seul objectif est d’arriver là-bas sains et saufs. Willy nous laisse partir devant et démonte le camp avec Pablo. A la vitesse à laquelle on avance, aucune chance qu’on le sème de toute façon… On a mis 3 heures pour monter, on mettra plus de 5 heures pour redescendre… Et le trajet jusqu’à Huaraz sera une épreuve de plus. Mais on finit par échouer, littéralement, à l’hôtel où on prend une chambre juste pour l’après-midi. Après une bonne douche, on commence à ressusciter. On arrive même à se faire à dîner. Bon, on est au régime riz-coca-banane mais la situation commence à s’améliorer. Et puis de toute façon, y a pas le choix : ce soir, on a un bus pour Lima.

Moralité : on en a chié (et sans mauvais jeu de mots…) et pas sûr que même sans cette saleté de turista (oui, le mot est lâché, après 9 mois de bons et loyaux services, mon estomac en kevlar a capitulé…) on aurait réussi à planter notre drapeau au sommet de cette foutue montagne. Mais on n’a pas dit notre dernier mot ! Un jour, Gauliard Tour reviendra, sur-entraîné, sur-motivé et bien décidé à prendre sa revanche. On a perdu une bataille, on n’a pas perdu la guerre. L’Ishinca n’a qu’à bien se tenir…

Photos ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s