PCT Day 96 : Timberline Lodge

du Timberline Lodge (mile 2094) au Mile 2104

Ce matin, pas de réveil. On fait la grasse mat’ jusqu’à 7h30. Youhou !!

On profite d’être au Timberline Lodge pour se jeter sur le world famous buffet du petit dej. Pendant plus d’une heure, on engloutit tout ce qu’on peut. On dépareille un peu au milieu des autres clients tout propres et qui sentent la lessive à 12 kilomètres. Mais personne n’est capable d’avaler une assiette de gaufres couvertes de crème fouettée aussi vite que nous… (OMG cette crème fouettée…). A la sortie, on est légèrement inconfortables tant nos estomacs sont pleins. On s’offre donc une petite sieste sur les canapés du lobby devant la grande cheminée vue en profitant de la vue sur le Mount Hood.

Le Timberline Lodge a beau être plutôt chic (plus de 300 dollars la nuit…), ils sont super hiker friendly et on en profite autant qu’on peut. La rumeur dit qu’il y aurait même des douches qu’ils nous laisseraient utiliser. Je me mets donc à la recherche de ces fameuses douches… et c’est un fiasco. En fait de douches, ce n’est qu’une petite cabine posée tout au bout du parking, alimentée en eau glacée et tellement dégueu que je préfère passer mon tour bien que mon dernier décrassage date d’il y a déjà plus de 4 jours…

Vers midi, on s’installe au bar avec quelques hikers qui traînent comme nous et on se fait offrir une pizza par d’autres clients qui nous prennent en pitié. On ne peut pas dire qu’on meurt de faim vu ce qu’on a déjà avalé ce matin mais on ne peut pas refuser une free pizza…

A reculons, on quitte finalement le bar et on va démonter nos tentes et faire nos sacs. On aurait bien passé la journée là à glandouiller jusqu’à l’ouverture du buffet du dîner… Alors qu’on range nos affaires, on fait la connaissance de Alan. Alan a la cinquantaine, un sac énorme avec de grandes jarres de pastèque dedans et il nous dit qu’il veut faire 25 miles aujourd’hui. Quand on lui souhaite bonne chance (il est déjà 13h…), il répond : « Hey ! It’s Oregon ! There is daylight until 9.30pm ! I can do 35 miles a day ! » Ouais ouais… See you Alan…

Nous, on a prévu 10 miles aujourd’hui et vers 14h, on finit par se mettre en route. Le trail est joli, pas très difficile et tant qu’on est à proximité du lodge, il y a un nombre incroyable de day hikers. On passe son temps à se pousser sur le côté pour laisser passer les gens. Ça finirait presque par nous agacer de ne pas avoir le trail pour nous tout seuls comme d’habitude… Puis après avoir passé une petite rivière, la foule disparaît. Il faut dire que maintenant, il y a des troncs d’arbres énormes qui barrent le trail et il faut ramper dessous ou les escalader pour continuer à avancer. Chaque obstacle est accueilli par une bordée d’injures…

Le campsite qu’on a repéré est juste après une grosse rivière et alors qu’on s’apprête à traverser, on tombe sur… Alan !! Il est 19h et apparemment, il a laissé tomber l’idée de faire 25 miles parce qu’il va camper juste à côté de nous… On monte les tentes, prépare à dîner et allume un feu pour faire sécher nos chaussettes et nos chaussures trempées avoir traversé la rivière. Alors que la nuit tombe et que je me pelotonne dans mon sac de couchage, j’essaye de garder les yeux ouverts le plus longtemps possible : c’est censé être la nuit des étoiles filantes cette nuit.

Publicités

PCT Day 95 : Cheap drunk

du Mile 2062 au Timberline Lodge (mile 2094)

Aujourd’hui on veut rejoindre Government Camp, une petite station de ski à 22 miles de là. C’est là qu’on veut faire notre prochain resupply.

Les 9 premiers miles vont assez vite : c’est plutôt plat et on arrive à faire du 3,5 miles per hour. J’ai jamais marché aussi vite et pourtant j’ai pas l’impression de tellement forcer.

La première personne que je rencontre ce matin est une mère qui cherche sa fille. Il y a beaucoup de trails qui se croisent ici et elles se sont perdues de vue. Je lui dis que je vais faire attention et passer le message aux gens que je croiserai.

On s’approche de Little Crater Lake et il y a pas mal de day hikers. On finit par croiser l’adolescente perdue. Elle, elle semble pas du tout inquiète. Elle comprend d’ailleurs pas pourquoi on la cherche. Après tout, elle n’est qu’à 5 miles de ses parents…

On atteint enfin Little Crater Lake. C’est un petit trou plein d’eau, très bleu et très profond. C’est très joli. Y a même des arbres pétrifiés dedans. On a prévu de déjeuner là sauf qu’en regardant attentivement la carte, on s’aperçoit que de l’autre côté du trou bleu, y a une route. Et qu’au bout de la route… y a Government Camp.

Ni une, ni deux, on décide de faire du stop. La deuxième voiture qui passe nous prend et 30 minutes plus tard, on est assis dans un bar devant des burgers et des bières. Une fois rassasiés, on reprend une bière. Puis une margarita. Puis 2 margaritas. J’essaye de retélécharger Guthook qui ne marche plus sur mon téléphone depuis quelques jours et malgré plusieurs tentatives, ça ne marche toujours pas. Je me fends d’un petit mail bien senti au service support argumentant qu’ayant payé 25 dollars pour avoir une appli qui fonctionne, je suis assez désappointée par le fait qu’après 3 essais, ça ne marche toujours pas…

Une fois qu’on est bien hydratés, on traverse la rue jusqu’au grocery store pour faire notre resupply pour les 2 prochains jours jusqu’à Cascade Locks. On trouve pas tout ce qu’on veut et comme d’habitude, on ressort du magasin frustrés de ne toujours pas réussir à faire un resupply correctement même après plus de 3 mois…

On veut maintenant aller jusqu’au Timberline Lodge quelques kilomètres plus loin pour rejoindre le trail. Vu l’heure tardive, il y a peu de gens qui vont monter au lodge alors on décide d’attendre le bus qui passe dans 1 heure. Alors que je fais une énième tentative… miracle !! Guthook fonctionne !! Je vais enfin savoir où je vais !!

Le trajet en bus dure 15 minutes et on arrive au lodge alors que le soleil se couche. On trouve le campsite réservé aux PCT hikers (cachés des regards par une rangée de sapins) où on retrouve une petite dizaine de tentes déjà installées. On monte nos tentes rapidement en regardant le soleil se coucher. Tout à coup, un peu en contrebas, on voit arriver des gens bizarres habillés tout en blanc et qui semblent marcher pieds nus. On imagine qu’ils font partie d’une secte et qu’ils viennent de pratiquer quelques rites occultes dans la montagne…

 

PCT Day 94 : Trail Magic !

du Mile 2038 au Mile 2062

Aujourd’hui on a 24 miles prévus au menu. On traîne donc pas trop pour lever le camp.

On est qu’à 2 miles de Ollalie Lake et quand on arrive à la jonction, il y a un panneau qui indique « Trail Magic » ! Les empreintes des chaussures de Spider vont droit vers le campground alors je les suis et je tombe sur des pancakes, des œufs, des fruits frais et des chaises !!

On profite donc de ce second breakfast inattendu face au lac, on fait sécher nos tentes et on joue avec Baby Girl, le petit chien de notre trail angel qui finit par tomber de sommeil.

Malheureusement, on ne peut pas rester là toute la journée et on se remet en route. On avance à un bon rythme et on arrive à faire 10 miles de plus avant le déjeuner. Cette death march m’a mise d’une humeur de chien et ça ne s’arrange pas quand une mouche me pique sur le pied alors que j’avais enlevé mes chaussures pour les laisser s’aérer un peu…

Cet après-midi, il fait encore très chaud mais le trail est facile et les miles s’enchaînent. En fin de journée, la forêt est si dense qu’on dirait qu’il fait presque nuit. Juste avant d’arriver au camp, je me fait doubler par un section hiker qui, d’après l’odeur incroyable de lessive qui le suit, vient juste de commencer à marcher.

Après avoir monté nos tentes, Lucie et moi allons nous rincer dans l’eau glacée de la rivière. Depuis que j’ai changé de pantalon, la poussière colle à mes jambes jusqu’en haut de mes cuisses et faire un brin de toilette en fin de journée ne semble pas du luxe… L’eau est pourtant si froide que j’hésite à faire la deuxième jambe.

On prépare à dîner assis sur un gros tronc d’arbre puis on va squatter quelques minutes le feu que le voisin a allumé. Ce soir encore, on traîne pas pour aller se coucher. La journée a été longue.

 

PCT Day 93 : Sexy mountains

du Mile 2012 au Mile 2038

Je suis réveillée au milieu de la nuit par des bruits de pas autour de ma tente et ça ne ressemble pas à un animal à 4 pattes… Quand les bruits de pas se rapprochent, je me tourne sur mon matelas en faisant autant de bruit que possible. L’intrus s’éloigne rapidement. Je jette un œil au dehors mais ne voit rien, je me convaincs que c’est bien à animal et je me rendors… pendant quelques minutes : l’intrus est en train de se rapprocher à nouveau. On va jouer à cache cache une bonne partie de la nuit. Au petit matin, on est encerclés par des biches et leurs petits. Ce n’était donc pas un yéti…

On a encore de très beaux points de vue sur le Mount Jefferson toute la matinée et il fait déjà très chaud. On a 2 rivières à traverser aujourd’hui et on fait une pause déjeuner juste avant la première, à l’ombre sous des buissons. On essaye bien de traverser à pieds secs mais c’est peine perdue, la rivière est trop large. On ne tergiverse pas trop longtemps et on traverse prudemment. L’eau glacée est plutôt agréable.

De l’autre côté de la rivière, on recommence à grimper. Entre les arbres, on aperçoit beaucoup de fumée là où la veille, on voyait l’incendie. On voit même des flammes et 2 hélicoptères qui viennent larguer de l’eau à tour de rôle. La fumée nous pique la gorge et la montée est très abrupte. C’est loin d’être la section la plus agréable… Une fois passés de l’autre côté de la montagne, la montée ne s’arrête pas. Il faut continuer à grimper. On croise 3 cow-boys à cheval qui ne savent même pas qu’ils sont sur le PCT puis on passe près d’un lac où viennent s’approvisionner les hélicoptères qui travaillent de l’autre côté.

On finit par arriver à un point de vue assez spectaculaire sur le Mount Hood mais il nous fait encore redescendre jusqu’au campsite, 4 miles plus loin. Et ce côté de la montagne est couvert de neige… Quand on s’arrête enfin, on est crevés. Les 25 miles de la journée et les moustiques agressifs nous font rentrer dans nos tentes sans tarder.

PCT Day 92 : 911, what’s your emergency ?

du Big Lake Youth Camp (mile 1993) au Mile 2012

J’ai mal dormi. J’ai pas arrêté de tourner et me retourner toute la nuit. Heureusement, la journée ne devrait pas être trop difficile.

La matinée est plutôt tranquille. Y a pas beaucoup d’eau et il fait assez chaud mais on fait de longues pauses. Alors qu’on est assis au bord du chemin, on se fait même doubler par toute une troupe de lamas. On les repasse quelques miles plus loin.

Toute la journée, on a des vues magnifiques sur le Mount Jefferson qu’on va contourner dans les prochains jours. Alors qu’on fait notre pause déjeuner assis au bord du trail, on remarque une colonne de fumée un peu à l’ouest du Mount Jefferson. Est-ce que ça serait un incendie ? On sait qu’il y a déjà plusieurs feu de forêt qui font rage en Oregon et qui menacent le trail. Après 10 minutes à tergiverser, Spider appelle 911.

 – 911, what’s your emergency ?

– Hey ! Hi ! I think I see a forest fire…

– Sir ! Where are you ??

Long story short, Alice (qui a répondu à notre appel) nous apprend que le feu est déjà signalé et pris en charge par les pompiers. Elle confirme qu’on ne craint rien et qu’on peut continuer à marcher. Alors… on continue.

On reprend un peu d’altitude et on rencontre quelques plaques de neige mais ça ne dure pas longtemps. Cet après-midi, il fait très chaud et y a presque pas d’ombre. On s’arrête au bord d’une mare et on fait une petite sieste à l’ombre d’un tronc d’arbre calciné, se déplaçant au fur et à mesure que le soleil tourne.

La dernière partie de la journée est vraiment difficile : on grimpe dans une section complètement brûlée et le trail n’est qu’un amas de caillasses de toutes les tailles. Les miles passent lentement…

On finit par arriver au bord d’un joli lac plein de salamandres et on décide de camper là. On monte nos tentes et on profite de l’eau claire pour faire un brin de toilette. Alors qu’on commence à préparer le dîner, Spider repère quelque chose qui bouge à la surface du lac. Un serpent ! On tape des pieds et des mains et il s’éloigne en nageant tranquillement.

Alors qu’on finit notre dîner, d’autres hikers viennent s’installer autour de nous. On se couche de bonne heure, on est crevés.

PCT Day 91 : Free homecooked dinner ? Hell yes !!

de Sisters (mile 1981) au Big Lake Youth Camp (mile 1993)

Ce matin on fait la grasse mat. Pas besoin de se presser, on veut juste aller jusqu’au Big Lake Youth Camp à 11 miles de là. C’est un camp de vacances chrétien qui accueille les hikers, leur sert à déjeuner ou dîner gratuitement et les laisse même prendre une douche et utiliser leurs machines à laver. On passe donc la matinée au motel à traîner et ranger. On fait encore quelques courses pour compléter les foodbags et on négocie même un late check-out pour profiter de nos lits quelques heures de plus. On n’a jamais eu autant de poubelles…

On fait durer le plaisir jusqu’à la dernière minute et on finit par quitter notre chambre. Comme à chaque fois qu’on quitte une ville, notre motivation est au ras des pâquerettes et on se poste au bord de la route en soupirant. Pendant qu’on attend Spider parti acheter des cigarettes, une voiture s’arrête et nous offre un ride. C’est un monsieur très sympa qui vient d’ouvrir un outfitter en ville avec sa femme et voudrait savoir de quoi ont besoin les hikers pour savoir ce qu’il devrait proposer l’année prochaine. Il nous dépose au trailhead à McKenzie Pass.

Le paysage est vraiment différent de tout ce qu’on a vu jusque là. Les premiers miles se font dans les roches volcaniques. Il fait très chaud et il faut se remettre dans le bain. Time to sweat town out…

On arrive au Big Lake Youth Camp après l’heure du dîner mais les volontaires sont en train de nettoyer la cuisine et ils nous servent des restes. Free homecooked dinner ? Hell yes !!

Il y a quelques autres hikers qui sont là mais personne ne sait très bien où on a le droit de camper. On finit par se cacher dans les bois et je retourne jusqu’au Camp pour prendre une douche. Sur le chemin, je surprends une biche et son petit qui profitent du coucher de soleil. Il fait déjà presque nuit quand je reviens au campement. Lucie et Spider sont déjà couchés et je me glisse aussi dans mon sac de couchage.

 

PCT Day 90 : Zéro à Sisters

Aujourd’hui, c’est repos. Nos copains vont reprendre la route ce soir mais on a l’intention de profiter de la journée tous ensemble et le programme est chargé.

On commence par le petit dej du motel qui n’est franchement pas terrible avant de retourner traîner sur nos lits devant la télé. Les copains check-out de leur chambre et viennent s’installer dans la notre puisqu’on reste une nuit de plus. Spider est au téléphone : il organise notre sortie de la journée. On doit retourner à Bend car on a des colis qui nous attendent à la Poste et on veut tous aller au REI s’approvisionner en t-shirt, chaussettes et chaussures neuves. On décide de partager un taxi qui va nous servir de chauffeur privé pour quelques heures.

On passe d’abord à la Poste car on est samedi et la Poste ferme à 13h. On doit bouncer les bear cans un peu plus loin. Pour la première fois depuis le début du trail, le postier ne veut pas nous laisser bouncer gratuitement mais nous demande de repayer l’envoi. On argumente, on s’énerve un peu et finalement, de mauvaise grâce, il accepte de transférer nos bear cans. On remonte en voiture et on file au REI. Ça fait tout bizarre de « faire du shopping » mais je ressors avec de nouvelles chaussures (il semblerait que je fasse du 43 maintenant…), de nouvelles chaussettes, un nouveau pantalon et une bonne dose d’anti-moustiques à sprayer sur mes vêtements.

On rentre à Sisters et on est affamés mais personne ne veut la même chose. Du coup, chacun se précipite dans son fast-food préféré. Je vais au grocery store chercher un gros sandwich, du guacamole, du houmous, des chips, des fruits frais et un gros pot de crème glacée que j’étale sur le lit en revenant et tout le monde se jette sur la nourriture comme s’ils n’avaient pas mangé depuis 8 jours. Puis pendant que les uns font une sieste et les autres organisent leur resupply, je suis de corvée de lessive. Pour une fois la laverie n’est pas au motel mais en ville et je me traîne nos 20kg de linge sale sur près de 2 miles.

Les copains repartent laissant notre chambre comme un champ de bataille avec des emballages et des cartons vides partout. « What the hell happened here ?? » On sait pas où et quand on les reverra. Si on les revoit…

Lucie et moi étalons tous nos vêtements propres sur le balcon et on spray méthodiquement chaque centimètre carré de tissu avec notre anti-moustiques. On n’est pas franchement convaincues que c’est efficace mais c’est toujours mieux que rien.

Une fois toutes nos corvées achevées, on finit nos restes de chips et crème glacée et on s’endort devant la télé.

 

PCT Day 89 : Les grandes retrouvailles

du Mile 3 du Oregon Skyline Trail à Sisters (mile 1981)

On a beau se réveiller de bonne heure, les moustiques sont déjà là. On ne traîne pas trop, on a 15 miles à faire pour arriver à Shelter Cove.

Le OST est plutôt joli, y a plein de petits lacs et le trail est facile. Mais on a les jambes fatiguées à cause des 26 miles de la veille et certains (enfin… certain) d’entre nous ont mangé 2 pounds de refried beans hier soir et se sentent un peu lourd… Au bout de 6 miles on croise une route qui a l’air déserte et on arrive près d’un camping. Il y a des chiens qui aboient autour de 4 ou 5 caravanes posées au bord d’un très beau lac et miraculeusement, pas un moustique à l’horizon. Intriguée par les aboiements des chiens, une dame vient à ma rencontre. Elle campe ici avec ses amis tous les étés depuis 25 ans et me confirme que depuis 10 ans, le nombre de PCT hikers qu’elle voit passer a augmenté exponentiellement !

Alors qu’on fait une pause à l’entrée du camping, une voiture passe… Alors quand on entend la suivante arriver, on échange un regard et… je lève mon pouce. La voiture s’arrête. Au diable les moustiques ! On sait pas encore comment mais ce soir, on va retrouver nos copains à Bend ! Mais pas question d’abandonner nos boxes à Shelter Cove. On va d’abord aller les récupérer.

Commence alors une longue série de rides. C’est donc d’abord à l’arrière d’un pick-up qu’on rejoint la Highway 58. Là, c’est une mère et sa fille (et leur bébé labrador) en route pour Eugene qui nous emmène jusqu’à Williamette Pass. On commence à marcher le long de la route qui descend jusqu’à Shelter Cove Resort lorsqu’un van s’arrête et nous prend pour les 2 derniers miles. Il est 12h et on récupère nos boxes. On boit une bière pendant que Spider pille la hiker box. Dire qu’on avait prévu de prendre un zéro là éventuellement… Mais pas le temps de traîner, il nous reste presque 100 miles en stop si on veut rejoindre nos copains qui ont finalement décidé de prendre un zéro à Sisters. On fourre notre resupply dans nos sacs et on se remet en route. On trouve d’abord 2 soeurs jumelles qui possèdent un petit cabin au bord du lac et qui nous ramènent jusqu’à la Highway 58. Puis un gars qui travaille pour une fishing company en Alaska nous dépose quelques miles plus loin et enfin Granny, 94 ans, et son petit-fils, la trentaine, nous amènent jusqu’à La Pine (ça ne s’invente pas…) sur la Highway 97. De là, on se dit que rejoindre Bend va être super facile : c’est à peine 30 miles plus loin ! Sauf que La Pine, c’est carrément loin du trail , que personne n’a entendu parler du PCT et que assis sur le trottoir, on ressemble à des sans-abris crasseux. J’ai beau sortir mon plus beau sourire, pendant 2 heures, personne ne s’arrête… Alors qu’on commence à désespérer et se dire qu’on va passer la nuit à La Pine, un monsieur s’arrête et demande : « PCT hikers ? » YES !!! Il n’a rien de spécial à faire et est OK pour nous emmener jusqu’à Bend. Arrivés là, on lui dit que nos amis sont en fait à Sisters. Sisters, c’est encore 23 miles plus loin. On veut pas abuser de son temps mais il insiste pour nous emmener et on accepte avec soulagement. Et à 18h passés, on finit par arriver à Sisters. On est crevés mais super contents de retrouver nos copains !

On prend une bonne douche et pour fêter nos retrouvailles, on va dévorer de grandes pizzas arrosées de pichets de bière pour le dîner. On finit même dans un ice cream shop.

On finit tous ensemble dans un des lits du motel. Comme au bon vieux temps…

PCT Day 88 : Un autre jour en Oregon

du Mile 1853 au Mile 3 du Oregon Skyline Trail en passant par le Mile 1876

Aujourd’hui n’est rien de plus qu’une journée typique en Oregon. Neige le matin, poussière l’après-midi, forêt toute la journée et beaucoup de moustiques. Mais de sont vraiment des easy miles.

On a repéré un raccourci pour rejoindre Shelter Cove Resort où on a envoyé notre prochaine resupply box. Il faut qu’on prenne le OST (Oregon Skyline Trail) qui, d’après les commentaires qu’on a pu lire, est plus scenic que le PCT. Il n’en faut pas plus pour nous convaincre.

Malgré tout, la journée est longue et on a déjà 23 miles dans les pattes quand on fait une pause à la jonction où est supposé être le OST. On a vraiment du mal à trouver le départ du trail et heureusement que Lucie a les cartes papier parce que les cartes Guthook sur nos téléphones ne nous aident pas du tout. Pour la première fois depuis le début du trail, on utilise les cartes Halfmile et comme aucun de nous n’a utilisé cette application jusqu’à maintenant, on est un peu perdus…

On croise pas grand monde à part un papi australien avec un sac énorme et des mollets de dingues qui marche plus lentement que nous mais nous dépasse alors qu’on est en train de monter nos tentes. Il va continuer encore une petite heure. Nous, on a fait 26 miles et on considère que c’est bien suffisant. En plus, les moustiques nous oublient juste le temps de dîner avant de nous déclarer la guerre à nouveau.

26 miles aujourd’hui. Not too bad… mais j’ai mal aux jambes.

PCT Day 87 : Bye bye Bob !!

de Crater Lake National Park (mile 1818) au Mile 1853

Ce matin on n’est pas trop pressés. On a prévu de prendre le shuttle de 9h pour monter jusqu’au cratère et suivre le Rim Trail sur quelques miles avant de reprendre le PCT. Curieusement, arrivé à Crater Lake, le PCT serpente plusieurs miles à l’ouest dans la forêt alors qu’il existe un trail qui longe le bord du cratère et qui est donc beaucoup plus joli. Bob ne repart qu’en début d’après-midi et il commence donc la journée avec nous.

On avance doucement. Il faut dire qu’on s’arrête toutes les 100 mètres pour prendre des photos. C’est magnifique. « Fifteen trillions gallons of soft water !!! » On finit même par retrouver un peu de neige alors qu’on arrive à Watchman Tower et on décide de déjeuner là, assis face à Wizard Island. Officiellement, Crater Lake est un des highlights du PCT.

On dit au revoir à Bob puis on reprend le Rim Trail jusqu’à retomber sur la route qui longe aussi le cratère puis continue vers le nord. On a un petit bout de road walking pas très rigolo à faire sur le bas côté avec les voitures qui nous rasent de près  alors au bout de 2 miles, je finis par lever le pouce.

Presque immédiatement, une voiture s’arrête. C’est un Néo-zélandais qui va jusqu’à Bend. « Do you want a ride or do you want to walk there ? » La tentation est grande puisque c’est à Bend qu’on fait notre prochain stop et qu’on devrait retrouver Urs, Emily et Eike mais on résiste ! On n’est quand même pas si feignants que ça et en plus les autres ne seront à Bend que dans 2 jours. Notre chauffeur nous dépose donc 15 miles plus loin au bord de l’autoroute.

On fait une petite pause 20 minutes plus tard alors qu’on tombe sur une water cache et que, étrangement, les moustiques sont plutôt discrets. En regardant la carte, on se rend compte qu’entre le raccourci pris avec le Rim Trail et nos 15 miles en stop, on vient de parcourir bien plus que ce qu’on imaginait faire aujourd’hui.

On fait donc tranquillement 8 miles de plus jusqu’à une rivière où on se trouve un grand campsite bien plat et on allume un petit feu pour éloigner les moustiques qui sont revenus. Il faut toujours choisir : soit on campe à proximité de l’eau (ce qui est évidemment plus pratique) et on est harcelés par les moustiques, soit on a à peu près la paix, mais il faut dry camper.

On a du réseau ce soir et on reçoit un message de nos copains qui nous disent détester l’Oregon à cause des moustiques et des blowdowns, les troncs d’arbres couchés sur le trail. Nous, on trouve l’Oregon plutôt cool même s’il faut parfois jouer à saute-moutons. On se dit qu’ils sont juste aigris parce qu’ils font des journées de plus de 30 miles et que ça, ça n’a rien de fun… Ça nous conforte juste dans notre décision de ne pas faire plus de 25 miles par jour et de continuer à profiter du trail à notre rythme.